Sécurité routière : les excès de vitesse inférieurs à 5 km/h ne seront bientôt plus pénalisés d'un retrait de points

Publié
Durée de la vidéo : 1 min
Il n'y aura bientôt plus de retrait de points sur le permis de conduire pour les excès de vitesse inférieurs à 5 km/h. En revanche, il y a aura toujours une amende. Le ministère de l'Intérieur l'a annoncé le mercredi 19 avril. La mesure pourrait s'appliquer dès janvier 2024.
Sécurité routière : les excès de vitesse inférieurs à 5 km/h ne seront bientôt plus pénalisés d'un retrait de points Il n'y aura bientôt plus de retrait de points sur le permis de conduire pour les excès de vitesse inférieurs à 5 km/h. En revanche, il y a aura toujours une amende. Le ministère de l'Intérieur l'a annoncé le mercredi 19 avril. La mesure pourrait s'appliquer dès janvier 2024. (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - R.Moquillon, A.Grenier-Comard
France Télévisions
France 2
Il n'y aura bientôt plus de retrait de points sur le permis de conduire pour les excès de vitesse inférieurs à 5 km/h. En revanche, il y a aura toujours une amende. Le ministère de l'Intérieur l'a annoncé le mercredi 19 avril. La mesure pourrait s'appliquer dès janvier 2024.

Dans la soirée du mercredi 19 avril, le ministère de l'Intérieur a annoncé que les excès de vitesse inférieurs à 5 km/h ne seront bientôt plus sanctionnés d'un retrait de points sur le permis de conduire. Sur les routes lyonnaises, l'annonce semble bien accueillie par les conducteurs. "On préfère payer l'amende que de perdre des points", témoigne l'un d'entre eux.

La crainte de certaines associations

En 2020, sur les 12,5 millions de contraventions envoyées, 58 % étaient pour des excès de moins de 5 km/h. Certaines associations craignent que cette mesure envoie un mauvais message. "Affaiblir le permis à point sur les petits excès de vitesse, c'est finalement renvoyer un signal qui va générer un relâchement des comportements, une augmentation des vitesses moyennes observées, et donc une augmentation du nombre d'accidents", estime Pierre Lagache, vice-président de la Ligue contre la violence routière. Une mesure qui pourrait s'appliquer dès janvier 2024.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.