Politique : en multipliant les déplacements, Emmanuel Macron veut montrer qu'il n'est pas à l'arrêt

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
Après son déplacement dans le Bas-Rhin, mercredi 19 avril, Emmanuel Macron se rend dans un collège de l'Hérault, jeudi. La journaliste Anne Bourse, en direct de Montpellier, explique que le chef de l'Etat cherche à donner l'image d'un président qui n'est pas à l'arrêt. -
Politique : en multipliant les déplacements, Emmanuel Macron veut montrer qu'il n'est pas à l'arrêt Après son déplacement dans le Bas-Rhin, mercredi 19 avril, Emmanuel Macron se rend dans un collège de l'Hérault, jeudi. La journaliste Anne Bourse, en direct de Montpellier, explique que le chef de l'Etat cherche à donner l'image d'un président qui n'est pas à l'arrêt. - (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - A.Bourse
France Télévisions
France 2
Après son déplacement dans le Bas-Rhin, mercredi 19 avril, Emmanuel Macron se rend dans un collège de l'Hérault, jeudi. La journaliste Anne Bourse, en direct de Montpellier, explique que le chef de l'État cherche à donner l'image d'un président qui n'est pas à l'arrêt.

Emmanuel Macron poursuit son tour des régions en se rendant dans un collège de l'Hérault, jeudi 20 avril. "L'éducation, c'est l'un des chantiers qu'Emmanuel Macron a lancé lundi soir", explique la journaliste Anne Bourse, en direct de Montpellier (Hérault). "Le chef de l'État sera en fin de matinée à Ganges (Hérault), à une cinquantaine de kilomètres de Montpellier", indique-t-elle.

"Un à deux déplacements par semaine"

"Il rencontrera dans un collège des professeurs, des élèves et leurs parents. Il pourrait faire plusieurs annonces, notamment sur la rémunération des enseignants ou encore sur un meilleur accompagnement des élèves de 6e. C'est donc la deuxième étape de cette opération de tentative de reconquête de l'opinion et de reprise en main de son quinquennat. Emmanuel Macron assume : il veut donner l'image d'un président qui n'est pas à l'arrêt. Pour lui, il n'est pas question de reculer face à la virulence des opposants. Il compte faire un à deux déplacements par semaine", poursuit Anne Bourse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.