Santé : à Reims, dans la Marne, un centre de soins immédiats installé pour soigner les petites urgences

Publié
À Reims, dans la Marne, un centre médical de soins immédiats a ouvert il y a deux mois pour soigner les petites urgences. Une solution pour désengorger les services d'urgence saturés. -
Santé : à Reims, dans la Marne, un centre de soins immédiats installé pour soigner les petites urgences À Reims, dans la Marne, un centre médical de soins immédiats a ouvert il y a deux mois pour soigner les petites urgences. Une solution pour désengorger les services d'urgence saturés. - (FRANCE 2)
Article rédigé par France 2 - L.Landry, C.Crenn, E.Wunenburger
France Télévisions
France 2
À Reims, dans la Marne, un centre médical de soins immédiats a ouvert il y a deux mois pour soigner les petites urgences. Une solution pour désengorger les services d'urgence saturés.

À Reims (Marne), la petite Agathe s'est fait mal il y a tout juste une heure en se coinçant un doigt dans une porte. Il s'agit d'une véritable urgence quand on a que deux ans. Elle a été prise en charge dans le CMSI (centre médical de soins immédiats) de la ville. Ici, il n'y a pas besoin de rendez-vous pour être pris en charge. Les adultes comme les enfants sont reçus par un médecin tour à tour, que ce soit pour un petit bobo ou d'autres urgences du quotidien.

Un médecin et une infirmière assurent les soins

"Dès que ça devient un petit peu plus compliqué, qu'il y a besoin d'examens, d'un plateau technique un peu plus poussé, ou d'un avis chirurgical ou médical en urgence, on réadresse dans les centres hospitaliers ou privés", explique Alban Caillaud, médecin coordinateur du CMSI de Reims. Un médecin et une infirmière assurent les soins chaque jour. Delia Cherif, infirmière coordinatrice du CMSI de Reims, a passé 15 ans à travailler aux urgences. Elle a vécu le manque de moyens et de temps. Ici, elle redonne du sens à son métier. À l'avenir, le CMSI voudrait recruter des médecins pour faire face à la demande, mais redoute déjà le manque de candidats dans une filière en tension.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.