Régulateur de vitesse sur les voitures neuves : "Une très grande nouvelle", se réjouit la Ligue contre la violence routière

"Baisser la vitesse moyenne de 1 % entraîne systématiquement 4 % de tués en moins", rappelle la Ligue contre la violence routière.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Régulateur de vitesse (illustration). (PIERRE VERDY / AFP)

Un limiteur de vitesse automatique équipera toutes les voitures neuves en France à partir du 6 juillet 2022, en application d'un règlement européen adopté par la Commission le 17 novembre 2021 et qui a été transposé dans la loi française. C'est une "très grande nouvelle", a réagi la présidente et porte-parole de la Ligue contre la violence routière, Chantal Perrichon mercredi 24 novembre sur franceinfo.

franceinfo : L'installation de ce régulateur de vitesse est-elle une bonne nouvelle selon vous pour lutter contre l'insécurité routière ?

Chantal Perrichon : Lorsqu’on sait que baisser la vitesse moyenne de 1 % entraîne systématiquement 4 % de tués en moins, on se dit qu’effectivement cela permettra de faire baisser la mortalité sur nos routes. C’est une très grande nouvelle qui est annoncée-là. C’est une très grande étape qui va être franchie puisque seuls les nouveaux modèles l’auront en juillet 2022 et ensuite tous les nouveaux modèles. Malgré tout, que de temps perdu. Rappelons que la France a été pionnière pour les travaux de recherche en 2001. Ça a été déclaré opérationnel en 2006, lors d’un grand colloque à Versailles.

Vous saluez cette décision sans réserves ?

Si, nous avons des réserves dans la mesure où ça peut être désactivable si le conducteur le souhaite. Nous avons une préférence pour que cela ne soit pas le cas. C’est-à-dire qu’il y a dans ce pays des millions de conducteurs qui sont de bonne foi qui ne conduisent pas pour être dans la transgression et c’est une aide à la conduite, parce qu’avec une seconde d’inattention vous pouvez être flashé. C’est plus qu’un avertissement, ça va les aider bien évidemment à conduire.

"Rappelons pour ceux qui disent qu’en cas de nécessité on va être mis en danger : non, il y a ce qu’on appelle le "kickdown", vous appuyez sur la pédale quelques secondes et vous débridez le système."

Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière

à franceinfo

Et rappelons quand même pour ceux qui ironisent déjà en disant "Vous vous rendez compte, comment l’État va s’enrichir maintenant ?" que le coût de l’insécurité routière c’est 50 milliards d’euros par an pour notre pays. Ce n’est pas liberticide, car chaque conducteur pourra choisir sa vitesse dans le lieu où il est.

Mais comment être sûr de la fiabilité du système ?

Vous avez une grande amélioration qui est faite avec toute la géolocalisation des véhicules. On ne peut jamais dire qu’il n’y a pas d’erreur quel que soit le système évidemment qui va être utilisé. Mais malgré tout, quand on sait les milliers de vies qui vont être sauvées, qu’est-ce qu’on met dans la balance ? Vous vous doutez bien que tous les constructeurs - qui n’ont pas favorisé du tout la mise en place de ce système parce que ça les empêche de vendre des voitures inutilement rapides et puissantes - vont plancher maintenant sur le véhicule autonome. Le véhicule autonome, ce n'est pas plus de liberté pour le conducteur lui-même, mais un choix par le véhicule de la vitesse qui va être affiché et géolocalisé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sécurité routière

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.