VIDEO. "Madame, vous n'avez plus de fils" : pour la Sécurité routière, des gendarmes racontent l'annonce d'un accident mortel

Dans un nouveau court-métrage de la Sécurité routière, quatre gendarmes relatent, la gorge nouée, ce moment où les proches d'une victime apprennent sa mort dans un accident de la route.

Une voiture circule dans le département de la Marne, le 1er janvier 2017.
Une voiture circule dans le département de la Marne, le 1er janvier 2017. (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP)

Alors que le nombre de morts sur les routes continue d'augmenter, la Sécurité routière change de stratégie pour ses campagnes de sensibilisation. Dans un nouveau clip, elle aborde l'impact d'un décès sur les proches de la victime. Ce court-métrage de cinq minutes, baptisé L'Annonce, sera diffusé dans 974 salles de cinéma et à la télévision à partir du mercredi 15 février.  

Très émus, quatre vrais gendarmes franciliens revivent ces moments où ils ont dû annoncer la mort d'une personne à ses proches après un accident. Vient d'abord la prise de conscience qu'une catastrophe est arrivée. "Dès le premier instant, il y a quelque chose qui se passe. Le regard… Je crois que le regard dit tout. En un millième de seconde, les gens comprennent", décrit l'un deux. 

Puis c'est au tour de la douleur, fulgurante : "Il y a un hurlement qui vient des entrailles", relate une gendarme, et "des stigmates d'affolement physique assez extrêmes". Les gendarmes doivent aussi faire face aux réactions de déni. "Ce n'est pas possible, vous vous trompez, vous n'êtes pas au bon endroit", tentent ainsi de se persuader des proches abasourdis. "Il n'y a pas de formation pour ça. Dans ces moments-là, on essaie juste d'être le plus humain possible", dit Stéphane Devroe, de la brigade de gendarmerie motorisée de Provins, en Seine-et-Marne.

"Prolonger l'onde de choc de l'accident"

A travers les yeux de ces gendarmes qui retiennent leurs larmes, ce clip donne un aperçu, tout en retenue et sobriété, de la déflagration causée par le décès d'un proche. Cette vidéo "prolonge l'onde de choc de l'accident, pour faire comprendre que les protagonistes ne sont pas seulement ceux qui sont dans la voiture", explique le délégué général à la Sécurité routière, Emmanuel Barbe.

Pour ce clip, la Sécurité routière a fait appel à Jean-Xavier de Lestrade, documentariste déjà primé aux Oscars. 

Je me suis beaucoup interrogé pour savoir s'il fallait des images d'accidents. Mais il est rapidement devenu évident que la parole elle-même, c'est ce qu'il y a de plus violent.Jean-Xavier de Lestradeà l'AFP

Selon l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière, 3 469 personnes ont perdu la vie sur les routes de France en 2016. C'est la troisième année consécutive d'augmentation de la mortalité routière, une première depuis 1972.