Après de nouveaux drames, la sécurité des passages piétons interroge

Une fillette de 11 ans est morte, lundi 13 janvier à Paris, après avoir été percutée par un camion alors qu'elle se rendait au collège. 

Malgré des mesures pour améliorer la sécurité des passages piétons, les accidents ne faiblissent pas. Certains carrefours demeurent dangereux. Comme celui qui a provoqué la mort de la fillette de 11 ans, lundi 13 janvier. Les chauffeurs consultent parfois peu leur angle mort, et ne font pas suffisamment attention aux piétons. Beaucoup de villes réfléchissent à poursuivre les efforts en la matière. Il y a deux ans, La Grande-Motte (Hérault) a décidé de tester les radars piétons. Résultat, le système expérimental a permis de diviser par deux le nombre de refus de priorité.

Innovations

D'autres expérimentations ont eu lieu à Cysoing (Nord). Il s'agissait cette fois-ci de passages piétons en trois dimensions. Leur bilan est mitigé. "Au début, cela surprend, c'est sûr. À force, on le sait", témoigne un conducteur. Autre innovation : des silhouettes, en trois dimensions elles aussi, installées aux abords des passages piétons de Lunel (Hérault). "L'idée c'est d'attirer l'oeil de l'automobiliste ", précise Florent Poteau, le directeur du service technique de la ville.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les derniers chiffres de la sécurité routière sont encourageants pour le mois d\'octobre, avec une baisse de la mortalité (-8%) sur les routes par rapport à 2018. La ville de Lunel (Hérault) teste un nouvel outil pour sécuriser les passages piétons.
Les derniers chiffres de la sécurité routière sont encourageants pour le mois d'octobre, avec une baisse de la mortalité (-8%) sur les routes par rapport à 2018. La ville de Lunel (Hérault) teste un nouvel outil pour sécuriser les passages piétons. (STEPHANE OUZOUNOFF / PHOTONONSTOP / AFP)