Mort d'Hubert Germain : le Compagnon de la Libération et le souvenir du débarquement de Provence

Publié Mis à jour
Mort d'Hubert Germain : le Compagnon de la Libération et le souvenir du débarquement de Provence
France 2
Article rédigé par
J. Benzina, A. Richier, R. Chapelard, Y. Kadouch - France 2
France Télévisions

Engagé dans la France libre du général de Gaulle, Hubert Germain a notamment participé, à l'âge de 24 ans, au débarquement de Provence.

Ce 15 août 1944, au petit matin, la plus importante armée déployée en Méditerranée débarque en Provence, avec 2 200 navires, dont 850 navires de guerre, et 400 avions. Le nom de code ? Opération Dragoon. Il s'agit de l'autre débarquement clé de la Seconde Guerre mondiale. La France y était partie prenante avec les Américains. Parmi les soldats, figurait Hubert Germain, décédé le 12 octobre dernier.

"J'ai pleuré et j'avais retrouvé mon pays"

Il a rallié le général de Gaulle, à 19 ans à peine, refusant l'armistice de 1940. Pendant quatre ans, il s'est battu avec les forces françaises libres en Syrie ou encore en Libye, loin de sa terre. Alors, lorsqu'il a touché le sable, ce 15 août, l'émotion était grande. Il le racontera des années plus tard. "Je suis tombé à genoux, j'ai pleuré, et j'avais retrouvé mon pays (...). Je me suis dit : il ne faut pas t'attendrir, on repart. Je n'ai jamais fait un pas en arrière, mais je suis devenu un homme", racontait le Compagnon de la Libération en 2017. Le lieutenant Hubert Germain a débarqué sur la plage de Cavalaire (Var) avec ses hommes de la 13e demi-brigade de la Légion étrangère. Ils ont eu l'ordre d'aller vite. À Toulon, un musée rend hommage au débarquement provençal, décisif pour libérer les ports en eau profonde de Toulon et Marseille (Bouches-du-Rhône).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.