Emmanuel Macron a ravivé la flamme sous l'Arc de triomphe pour commémorer la Shoah

Il est le premier président à participer à cette cérémonie annuelle organisée par l'Union des déportés d'Auschwitz.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Emmanuel Macron ravive le 27 janvier 2022 la flamme sous l'Arc de Triomphe à Paris, en présence de deux rescapés de la Shoah : Esther Senot et Victor Perahia.
 (THIBAULT CAMUS / POOL / AFP)

Emmanuel Macron a ravivé jeudi 27 janvier au soir la flamme sous l'Arc de Triomphe à Paris, à l'occasion de la journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l'Holocauste. Il est le premier président à participer à cette cérémonie annuelle organisée par l'Union des déportés d'Auschwitz (UDA), selon des membres. Il était en présence de deux rescapés de la Shoah : Esther Senot, déportée à l'âge de 15 ans en septembre 1943, et Victor Perahia, déporté à Bergen-Belsen. Accompagné de Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée chargée de la mémoire et des anciens combattants, il a également rendu hommage à Raphaël Esrail, le président de l'UDA, qui est mort samedi à 96 ans à Lannion (Côtes-d'Armor).

Dans une vidéo publiée jeudi par l'Elysée, Emmanuel Macron a insisté sur la nécessité de "ce travail de mémoire et d'humanisme" sur l'Holocauste. "Nous le devons en particulier aux jeunes générations : pour que jamais ne soit oubliée la mémoire de la Shoah, pour que jamais ne soit répétée l'atrocité de notre histoire, pour qu'aucun jeune Européen ne puisse l'ignorer" car "l'ignorer c'est prendre le risque de laisser certains faire réapparaitre les discours du pire, de laisser revenir les vents mauvais". Il a ajouté que des initiatives seront prises "dans les prochaines semaines", durant la présidence française du Conseil de l'UE, pour "lutter contre toutes les formes de discriminations et réaffirmer la spécificité de l'antisémitisme".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Seconde Guerre mondiale

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.