Vidéo "Au mois d'août, j'ai failli passer à l'acte" : un agriculteur interpelle Emmanuel Macron sur les suicides lors d'un débat au Salon de l'agriculture

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Emmanuel Macron a rencontré et débattu samedi matin avec des agriculteurs et des représentants des différentes organisations syndicales au Salon de la profession.
Un agriculteur interpelle Emmanuel Macron Emmanuel Macron a rencontré et débattu samedi matin avec des agriculteurs et des représentants des différentes organisations syndicales au Salon de la profession. (FRANCEINFO)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Le chef de l'Etat a longuement échangé des agriculteurs et des représentants des différentes organisations syndicales samedi matin.

"Je vais vous parler de quelque chose qui me tient à cœur et qu'on a vécu encore ces jours-ci : le suicide." Un éleveur de poulets fermiers en Dordogne a interpellé Emmanuel Macron, samedi 24 février, lors d'un débat organisé au Salon de l'agriculture avec des représentants syndicaux. Accoudé sur une table mange-debout, en bras de chemise, Emmanuel Macron a recueilli les doléances des agriculteurs regroupés autour de lui, chacun portant un signe distinctif de son organisation syndicale : bonnets jaunes, casquettes vertes ou rouges.

"Un agriculteur se suicide tous les deux jours", a déclaré cet agriculteur qui a laissé entendre qu'il était affilié à la Coordination rurale, avant d'évoquer sa propre situation : "Au mois d'août, j'ai failli passer à l'acte." "J'ai un gamin de 15 ans et une gamine de 10 ans, vous croyez que ça me fait plaisir de monter au Salon [de l'agriculture]. Ça fait trois ans que je travaille 100 heures par semaine et je ne sors pas un euro", a-t-il ajouté.

"C'est ma femme qui me fait vivre. Il faut agir très vite pour cette trésorerie qu'on a besoin dans notre exploitation", a exhorté cet éleveur. Emmanuel Macron a répondu qu'il répondrait "dès lundi au cas par cas", avec "un cadre national avec un système de garantie" et ensuite, "au niveau local". Le chef de l'Etat n'a pas donné plus de précisions, malgré l'insistance des agriculteurs face à lui.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.