Routiers : blocage de Saint-Arnoult levé après un coup de semonce

La CFDT Route a levé vendredi dans la nuit le blocage de route dans le sud de la région parisienne, au péage de Saint-Arnoult. Elle veut toujours peser sur les négociations salariales dans les transports. Quelques dizaines de camions ont bloqué la route selon notre reporter.

(Vers 21h30, les CRS sont arrivés pour déloger les routiers au péage de Saint-Arnoult © RF-Hélène Lam-Trong)

Les routiers ont bloqué la route. Ce jeudi, comme elle l'avait annoncé, la CFDT Transports a lancé un blocage en Ile-de-France. Environ 300 de chauffeurs routiers ont barré la route de Rungis au niveau du péage de Saint-Arnoult sur l'A10. Ils ont cherché à perturber l'activité à Rungis, juste avant les fêtes  de Noël. La CFDT avait annoncé entre 200 et 300 camions. Le secteur a été libéré vers 3h vendredi matin. 

Un coup de semonce

Les grévistes ont bloqué uniquement les poids-lourds, pas les automobilistes ni les bus. Vers 21h30, selon la reporter de France Info Hélène Lam-Trong, les CRS sont arrivés sur place. Une trentaine de camions ont été comptés. Avant qu'ils n'arrivent, les grévistes avaient confié dans un premier temps être déterminés à rester jusqu'à ce que la police les déloge. Certains sont également ouverts à l'idée de lever le camp, "ce soir c'était juste un coup de semonce ", disent-ils.

"La CFDT ne veut pas bloquer les automobilistes mais elle veut bloquer l'économie donc les camions" (Thierry Cordier, secrétaire général de la CFDT)

Hausse de salaires

La CFDT juge "inacceptables " les propositions des organisations patronales qui n'accepteraient qu'un alignement sur le salaire minimum. Sur France Info, Thierry Cordier, son secrétaire général a déclaré jeudi soir depuis le péage de Saint-Arnoult : "On est obligé de bloquer les routes car le patronat routier ne comprend que ça" .

A LIRE AUSSI  ►►► La CFDT Transports appelle à des blocages de routes jeudi en Ile-de-France

La CFDT demande une grille horaire à 10 euros de l'heure, cela représente environ 100 euros par mois, sachant que la plupart des chauffeurs-routiers sont toujours smicards en fin de carrière. L'amplitude horaire peut aller jusqu'à 15 heures par jour et jusqu'à 3.500 kilomètres par semaine. "Nous avions prévenu. La CFDT est en colère et en ordre de marche ".  Selon le secrétaire général, depuis 2010, le patronat "bloque les négociations et les ralentit ".

Thierry Cordier, secrétaire général de la CFDT explique pourquoi les routiers sont en grève et assure que seuls les poids-lourds sont bloqués et pas les automobilistes
--'--
--'--