Cet article date de plus d'un an.

Violences sexuelles dans l'Église : "Plusieurs dossiers" examinés par le parquet de Nice

Les faits ayant trait à des violences sexuelles commises par des hommes d'Église ont le plus souvent "été commis il y a plusieurs années", a déclaré le procureur de la République de Nice qui confirme examiner "plusieurs dossiers".

Article rédigé par France Info - avec France Bleu Azur
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le procureur de la République de Nice, Xavier Bonhomme, lors d'un point presse en 2021. (PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP)

"Plusieurs dossiers" de violences sexuelles dans l'Église sont examinés en ce moment par le parquet de Nice, a indiqué le procureur de la République Xavier Bonhomme mercredi 9 novembre sur France Bleu Azur, quelques jours après les aveux du cardinal Jean-Pierre Ricard qui ont provoqué un séisme dans l'Eglise.

"J'ai plusieurs dossiers qui concernent des faits bien souvent qui ne sont pas d'une actualité prégnante, qui ont été commis il y a plusieurs années", a déclaré le procureur, sans donner de chiffre précis.

>> Abus sexuels dans l'Église : ce que l'on sait des affaires visant des évêques français, après les aveux du cardinal Jean-Pierre Ricard

Il assure que le parquet travaille "main dans la main avec l'évêque de Nice". Le parquet a signé une convention avec le diocèse pour échanger sur ce type de dossier et pour que les faits délictueux ou criminels leurs soient signalés. Xavier Bonhomme assure que "le diocèse de Nice joue pleinement ce rôle et collabore de manière fluide" avec la justice.

C'est d'ailleurs l'évêque de Nice qui a saisi le parquet de Marseille le 24 octobre dernier pour indiquer que le cardinal Jean-Pierre Ricard lui avait avoué avoir "embrassé" une adolescente de 14 ans il y a 35 ans, quand il était curé dans les Bouches-du-Rhône. Une enquête préliminaire a été ouverte.

Au total, 11 évêques ou anciens évêques ont été "mis en cause" devant la justice civile ou la justice de l'Église pour des signalements de violences sexuelles, a indiqué le président de la Conférence des évêques de France (CEF) Éric de Moulins-Beaufort lors d'un point presse mardi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.