Cet article date de plus de quatre ans.

La journée de prière pour les victimes d'abus sexuels sera organisée le 7 novembre

Le principe de cette journée mondiale avait été annoncé le 12 septembre par le Vatican, à l'initiative du pape François.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'allée de la cathédrale Notre-Dame à Paris, le 11 octobre 2016. (P DELISS / GODONG / AFP)

Une des réponses de l'Eglise aux scandales de pédophilie. La Conférence des évêques de France (CEF) organisera une "journée de prière et de pénitence" pour les victimes d'abus sexuels le 7 novembre. Cette annonce intervient après des mois de révélations d'affaires de pédophilie dans plusieurs diocèses français, dont celui de Lyon. Parmi ces affaires, celle du père Bernard Preynat, prêtre lyonnais soupçonné d'avoir abusé plus de 60 jeunes scouts, a terni l'image du cardinal Philippe Barbarin, primat des Gaules.

Le principe de cette journée mondiale avait été annoncé le 12 septembre par le Vatican, à l'initiative du pape François, qui a confié à chaque conférence épiscopale le choix de la date et des modalités.

Entre "80 et 100" courriels de victimes

Le conseil permanent de la CEF a choisi le lundi 7 novembre, alors que les quelque 120 évêques français, invités à jeûner durant cette journée, seront réunis à Lourdes pour leur traditionnelle assemblée plénière d'automne. Ailleurs en France, diocèses et paroisses pourront s'associer à cet événement.

Une séance de l'assemblée plénière des évêques sera consacrée ce même jour à un bilan de la lutte contre la pédophilie dans l'Eglise de France. L'épiscopat s'était engagé au printemps à faire toute la lumière sur ces affaires, même les plus anciennes.

La CEF a indiqué  avoir reçu "entre 80 et 100" courriels de victimes ou témoins sur l'adresse mail créée il y six mois. La plupart au sujet d'abus sexuels antérieurs à 1970 et attribués à des prêtres morts, souligne-t-on à la conférence.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.