Anne Soupa, la théologienne qui veut révolutionner l'Église catholique

C'est une candidature spontanée pour le moins inattendue à la succession de Monseigneur Barbarin. Une femme théologienne a décidé de se porter candidate à l'archevêché de Lyon (Rhône). Anne Soupa espère provoquer une prise de conscience sur l'invisibilité des femmes dans l'Église catholique.

FRANCE 2

"Je m'appelle Anne Soupa et je suis candidate à la fonction d'archevêque de Lyon (Rhône)", assure la théologienne. Elle pense que ce serait "une révolution" car "on ne peut pas prétendre en 2020 gouverner une Église comme au XVIIIe siècle", selon elle. Anne Soupa rappelle qu'"aucune femme dans l'Église catholique n'a de responsabilité importante". Elle regrette qu'aucune ne soit prêtre, évêque ou diacre.

"Les femmes sont invisibles"

La théologienne assure que "les femmes sont invisibles". "Dans une Église qui a été très malmenée par la question des abus, la présence des femmes serait très précieuse", selon Anne Soupa. Elle pense que cela "casserait l'entre-soi des prêtres" et estime que c'est à Lyon que "le mode de gouvernance doit changer" car c'est ici que l'Église a été lourdement entachée. "J'ai besoin de porter une voix qui est un peu la voix de tout le monde : d'une femme, d'une laïque, de quelqu'un d'ordinaire qui a une famille", conclut-elle.

Le JT
Les autres sujets du JT
C\'est une candidature spontanée pour le moins inattendue à la succession de Monseigneur Barbarin. Une femme théologienne a décidé de se porter candidate à l\'archevêché de Lyon (Rhône). Anne Soupa espère provoquer une prise de conscience sur l\'invisibilité des femmes dans l\'Église catholique.
C'est une candidature spontanée pour le moins inattendue à la succession de Monseigneur Barbarin. Une femme théologienne a décidé de se porter candidate à l'archevêché de Lyon (Rhône). Anne Soupa espère provoquer une prise de conscience sur l'invisibilité des femmes dans l'Église catholique. (CAPTURE ECRAN FRANCE 2)