Cet article date de plus d'un an.

"C'est un sentiment d'émotion, mais aussi de colère" : cérémonie d'hommage à Ilan Halimi, dans un lieu récemment profané

Un hommage a été rendu mercredi sur les lieux où avait été retrouvé le jeune homme, le 13 février 2006.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'hommage à Ilan Halimi, à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne), le 13 février 2019. (BERTRAND GUAY / AFP)

Une cérémonie en la mémoire d'Ilan Halimi, ce jeune homme tué en 2006 parce qu'il était juif, a été organisée mercredi 13 février à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne), là où son corps avait été retrouvé le 13 février 2006. Des habitants étaient présents, dont des élus et l'ambassadrice d'Israël en France.

Ilan Halimi a été retrouvé agonisant il y a 13 ans sur un talus, situé entre la voie ferrée et la route nationale. C'est à cet endroit que les deux arbres plantés en sa mémoire ont été sciés il y a deux jours.

Dans son discours, Frédéric Petitta, le maire de Sainte-Geneviève-des-Bois n'a pas pu masquer sa colère. "On voit la recrudescence des actes antisémites sur l'année 2018, 74% d'augmentation. J'ai un sentiment d'émotion très forte, mais aussi un sentiment de colère. C'est un combat qu'on doit mener au quotidien", a déclaré l'élu.

Une "prise de conscience réaffirmée"

Dans la foule, bien plus fournie cette année, il y a des collégiens et des habitants de la commune, comme Christelle, venue pour la première fois, avec ses filles : "C'est idiot ce qu'ils lui ont fait, ce n'est pas parce qu'on est juif qu'il faut le tuer, le massacrer. Moi je suis venue pour lui rendre hommage", confie l'une des enfants.

Claudine, elle, vient tous les ans. Elle appartient à la communauté juive de Sainte-Geneviève-des-Bois : "Je suis inquiète, mais entendre ces mots, ça me réconforte. Il y a une prise de conscience qui était déjà présente et qui est réaffirmée aujourd'hui." Sous les drapeaux tricolores, la cérémonie s'est achevée avec la Marseillaise. Les deux arbres ont été replantés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.