Cet article date de plus de deux ans.

Essonne : deux arbres plantés en hommage à Ilan Halimi retrouvés sciés à Sainte-Geneviève-des-Bois, la mairie porte plainte

L'un des arbres a été retrouvé abattu, l'autre sectionné. 

Article rédigé par
Édité par Thomas Pontillon - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Ilan Halimi avait été laissé pour mort en 2006 par un gang dit le "gang des barbares". (- / HO)

Des arbres plantés à la mémoire de Ilan Halimi ont été profanés à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne), à l'avant-veille de la cérémonie annuelle en son hommage, a annoncé la mairie lundi 11 février. La ville a décidé de porter plainte.

Les services municipaux de la commune de Sainte-Geneviève-des-Bois ont découvert lundi matin que les arbres plantés à sa mémoire avaient été coupés et profanés. "L’un abattu, l’autre sectionné, précise la mairie. Depuis 13 ans, une cérémonie se tient chaque année sur ce site et deux arbres avaient été plantés en 2007, puis 10 ans après sa mort en 2016, en hommage à la mémoire d’Ilan, prénom qui signifie 'arbre' en hébreu", rappelle la mairie.

Frédéric Petitta, maire de Sainte-Geneviève-des-Bois a fait part lundi sur franceinfo de son "dégoût" et de son "émotion". "Nous avions plantés deux arbres à l'endroit même où le corps d'Ilan avait été retrouvé le 13 février 2006", a expliqué le maire. "Au regard de la recrudescence des actes antisémites des derniers mois, des derniers jours, nous appelons l'ensemble de la communauté nationale. C'est la République qui est attaquée", a-t-il affirmé. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner qui s'est rendu à Sainte-Geneviève-des-Bois a annoncé une hausse de 74% des actes antisémites en France en 2018.

Ilan Halimi, juif de 23 ans, avait été enlevé le 21 janvier 2006 et laissé pour mort le 13 février, après avoir été séquestré frappé, brûlé et torturé pendant trois semaines par un gang dit le "gang des barbares".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.