Document franceinfo Religieux enlevés en Haïti : l'un des ravisseurs a demandé "une rançon d'un million de dollars", témoigne un prêtre

Dans un groupe d'une dizaine de personnes enlevées dimanche à Haïti par un groupe armé, il y avait sept religieux, dont deux Français. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une église près de la capitale Port-au-Prince (image d'illustration) (RODRIGO ARANGUA / AFP)

Sept religieux catholiques, cinq Haïtiens et deux Français, ont été enlevés dimanche 11 avril en Haïti par un groupe armé, les "400 Mawozo" selon le témoignage du père Jean-Marie Rosemond Joseph, membre de la Société des prêtres de Saint-Jacques, à laquelle appartient l'un des Français kidnappés. Il a indiqué à franceinfo qu'il avait pu échanger avec les ravisseurs.

>> Haïti : ce que l'on sait de l'enlèvement de sept religieux catholiques, dont deux Français

franceinfo : Vous avez été en contact avec les ravisseurs ?

Père Jean-Marie Rosemond JosephUn prêtre m'a appelé et m'a passé un des membres des "400 Mawozo". Il m'a dit que les gens sont entre ses mains et que je dois payer une rançon d'un million de dollars, sinon ils vont "tourner ça en barbecue".

Ce sont leurs mots ?

Oui. Et après il a fermé le téléphone.

Vous pouvez nous en dire plus sur ce groupe des "400 Mawozo" ?

C'est un gang qui se trouve du côté de la Croix-des-Bouquets, qui opère depuis longtemps dans le pays. Ils ont fait beaucoup de mal, ils ont kidnappé des gens, volé des voitures.

Dans quel état d'esprit êtes-vous ?

C'est un peu difficile, on ne sait pas jusqu'à quand cela va durer. Il y a de vieilles personnes, une dame âgée d'environ 80 ans, deux prêtres diabétiques. On ne peut pas vivre comme cela, c'est criminel. Comment allons-nous faire pour trouver un million de dollars ?

Vous n'allez pas payer ?

Non, je ne pense pas. Nous sommes des hommes d'Église, des hommes de prières, nous allons prier pour qu'avec le secours du bon Dieu, ils puissent être libérés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.