Loiret : un réseau de prostitution chinois démantelé à Montargis

Deux suspects ont été arrêtés, un homme et une femme d'une quarantaine d'années de nationalité française et chinoise.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Montargis (Loiret) (CAPTURE ECRAN GOOGLE MAPS)

Un homme et une femme d'une quarantaine d'années, de nationalité française et chinoise, ont été mis en examen vendredi 1er juillet pour proxénétisme aggravé, blanchiment et association de malfaiteurs, annonce le parquet de Montargis dans le Loiret, selon France Bleu Orléans. Les deux suspects, arrêtés mardi 29 juin, ont soupçonné d'avoir forcé plusieurs femmes d'une cinquantaine d'années de nationalité chinoise à se prostituer dans des appartements.

En novembre 2020, deux Chinoises se présentent au commissariat de Montargis et expliquent avoir réussi à s'échapper d'un appartement où des proxénètes les forcent à se prostituer depuis plusieurs semaines. Le parquet de Montargis ouvre alors une enquête. L'Office central de répression de la traite des êtres humains, le Groupe d'intervention régional, et la Direction territoriale de la police judiciaire sont saisis.

Des clients démarchés grâce à des annonces de location d'appartement

Les enquêteurs découvrent l'existence d'un "réseau structuré", qui prostitue des femmes dans plusieurs appartements loués spécialement. Tout fonctionne via des annonces sur Internet, sur des sites spécialisés, précise le procureur de la République de Montargis, Loïc Abrial à France Bleu Orléans. En janvier 2021, le parquet ouvre une information judiciaire pour proxénétisme aggravé, blanchiment et association de malfaiteurs. Un juge d'instruction est saisi : les deux suspects sont interpellés mardi 29 juin 2021.

Devant les enquêteurs, la femme admet avoir "joué un rôle actif dans la mise en relation entre les prostituées et les clients, via des annonces et des locations d'appartements". L'homme, lui, a reconnu les faits.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Prostitution

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.