Prison de Condé-sur-Sarthe : les gardiens en colère

Comment la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne) a-t-elle pu être le théâtre d'une attaque terroriste ? Le ministère de la Justice a demandé une enquête. Les gardiens de prison dénoncent un manque de sécurité.

France 3

Mercredi 6 mars, les surveillants ont bloqué la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne), au lendemain de l'agression au couteau de deux de leurs collègues. "On n'est pas forcement écouté au quotidien. On fait remonter des informations, mais ce n'est pas pris en compte", déplore Samuel Hennuyen, surveillant. La prison de Condé-sur-Sarthe est pourtant l'une des mieux sécurisées de France, mais elle n'a pas empêché l'attaque terroriste. En cause : la fouille des visiteurs.

Renforcement des fouilles

La compagne de Michaël Chiolo aurait fait entrer une arme alors qu'elle lui rendait visite. Un couteau en céramique indétectable par les détecteurs de métaux. Les personnels pénitentiaires affirment que la législation actuelle ne leur permet pas d'assurer la sécurité. Ils demandent à la garde des Sceaux de changer le système. Mercredi soir, Édouard Philippe a annoncé un renforcement des contrôles des visiteurs à l'entrée des prisons.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des surveillants manifestent devant la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne), le 6 mars 2019. 
Des surveillants manifestent devant la prison de Condé-sur-Sarthe (Orne), le 6 mars 2019.  (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)