L'Etat met fin à sa subvention à l'association d'aide aux détenus Genepi

L'administration pénitentiaire a informé en septembre l'association étudiante qu'elle ne toucherait plus sa subvention de 50 000 euros par an.

Dans la prison de Fresnes (Val-de-Marne), le 17 octobre 2018.
Dans la prison de Fresnes (Val-de-Marne), le 17 octobre 2018. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

"Une sanction politique", selon le président du Genepi, Maxime Boyer. D'après Le Monde (édition abonnés), lundi 29 octobre, l'administration pénitentiaire a mis fin en septembre à la subvention qu'elle accordait chaque année à l'association étudiante d'aide aux détenus. Une rupture qui signifie l'arrêt d'une contribution de 50 000 euros par an pour l'association, qui emploie actuellement quatre personnes et quelque 800 bénévoles.

Selon l'administration pénitentiaire, les raisons de cet arrêt sont un désengagement du Genepi avec une baisse régulière de ses interventions en détention, moins de temps consacré à l'enseignement des détenus et à des attaques directes contre l'Etat et ses personnels, reprend Le Monde.

Face à ces critiques, Maxime Boyer rappelle que la convention qui liait Genepi à l'Etat garantissait l’indépendance de chaque partie et la liberté d’expression. Dans le but de faire revenir la chancellerie sur cette décision, plusieurs associations comme le Secours catholique ou l’Association nationale des visiteurs de prison ont cosigné une lettre adressée le 26 octobre au directeur de l’administration pénitentiaire pour s’inquiéter de l’arrêt de la convention.  Elles rappellent que les visites des étudiants en prison ont "un impact positif" sur les détenus, et qu’elles sont menées par des étudiants appelés à occuper des postes importants.