Cet article date de plus de trois ans.

Européennes : "Le droit à l'alimentation doit être reconnu dans le socle européen des droits sociaux" estiment les Restos du Cœur

Le président des Restos du Coeur, Patrice Blanc, souhaite que l'UE mette en place un plan européen de lutte contre la pauvreté.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Patrice Blanc, le président des Restos du Coeur, lors du lancement de la collecte nationale le 7 mars 2019 à Paris. (ALEXIS SCIARD  / MAXPPP)

"Le droit à l'alimentation doit être reconnu dans le socle européen des droits sociaux", a réclamé Patrice Blanc, président bénévole des Restos du Cœur, jeudi 9 mai sur franceinfo. À l'occasion des élections européennes, l'association interpelle les candidats et les appelle à un "plan européen de lutte contre la pauvreté" alors que la Commission européenne envisage de réduire drastiquement le fond européen d'assistance aux plus démunis.


franceinfo : Pourquoi l'avenir du fond européen d'assistance aux plus démunis vous inquiète-t-il ?

Patrice Blanc : La commission européenne actuelle a fait une première proposition pour le futur cadre budgétaire pluriannuel. Une proposition qui aboutirait à faire passer ce fond de 3,8 milliards d'euros sur sept ans à deux milliards, soit quasiment une division par deux. Il s'agit d'une première ébauche, on sait que la prochaine commission ne sera plus composée des mêmes personnes mais ce qui nous paraît très important, c'est d'attirer l'attention des candidats aux européennes, ceux qui siègeront au Parlement vont avoir un vrai rôle décisionnaire sur le cadre budgétaire puisque le Parlement a le dernier mot sur ce sujet.

À quoi sert ce fond exactement ? Qui en bénéficie ?

Ce fond permet d'acheter des produits alimentaires distribués aux personnes les plus démunies en France et ailleurs en Europe, via, en ce qui nous concerne, la Croix-Rouge, les Restos du Cœur, le Secours populaire et les banques alimentaires. Une personne sur trois en situation de grande pauvreté en bénéficie, c'est donc un outil essentiel dans la lutte contre la grande pauvreté et il nous semble que le droit à l'alimentation doit être reconnu dans le cadre du socle européen des droits sociaux.

Si ce fond à moins d'argent, cela aurait-il des conséquences sur l'activité des Restos du Cœur ?

Absolument puisqu'il faudra trouver l'argent ailleurs. Le gouvernement actuel nous a dit que si l'Europe ne suivait pas, il essaierait de trouver une solution. Mais il y a une grande différence. Le budget français est annuel alors que le budget européen est sur sept ans donc il y a une sécurité qui est garantie par le budget européen que nous n'aurions pas sur la durée avec une prise en charge par le budget français.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Plan pauvreté

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.