Cet article date de plus de neuf ans.

Vidéo Le mariage pour tous est "un marqueur politique qui ne coûte pas un euro"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min.
Martin Gouesse et Hervé Pozzo
Article rédigé par
France Télévisions

Le débat sur projet de loi ouvrant le mariage aux couples homosexuels débute mardi après-midi à l'Assemblée. Nathalie Saint-Cricq, chef du service politique de France 2, analyse les enjeux de cette réforme.

La réforme la plus importante depuis l'abolition de la peine de mort, en 1981 : c'est ainsi que certains présentent le projet de loi sur le mariage pour tous, qui arrive à l'Assemblée nationale mardi 29 janvier. Plus de 5 000 amendements ont été déposés, la plupart par l'opposition. Un nombre important, mais on est encore loin des 137 665 amendements déposés lors de la réforme du marché de l'énergie, en 2006. Ce projet est vivement contesté par la droite, qui "passe par la procréation médicalement assistée (PMA) pour attaquer le mariage homo", explique Nathalie Saint-Cricq, responsable du service politique de France 2. 

La PMA fait également débat au sein du gouvernement, explique Nathalie Saint-Cricq : "François Hollande a bien compris la bombe que cela pouvait être et ils ont repoussé le débat à la loi sur la famille." Pour la journaliste politique, "si la PMA n'était pas un engagement de campagne, le mariage pour tous l'était et cet engagement ne coûte pas un euro. Quant à la droite, des consignes ont été données pour que le débat ne dérape pas."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.