VIDEO. Montpellier : le premier mariage homo sous haute surveillance

Entre 250 et 300 policiers et gendarmes sont mobilisés. Il s'agit d'assurer une présence attentive dans le centre de Montpellier et aux environs de la mairie, en raison des tensions qui ont entouré le débat sur le mariage pour tous.

France 3 - Languedoc-Roussillon

Le premier mariage homosexuel en France, célébré mercredi 29 mai, à Montpellier (Hérault), s'annonce comme un événement médiatique. Quelque 70 médias seront présents. Pour en assurer la sécurité, après les récentes tensions qui ont entouré le débat sur le mariage pour tous, les contrôles policiers ont été renforcés, selon nos confrères de France 3 sur place.

Il s'agit surtout d'assurer une présence attentive, dans le centre de Montpellier et aux environs de la mairie. Un à deux escadrons de gendarmerie ont été appelés en renfort selon un officier de police de la ville : "On est entre 250 à 300 gendarmes et policiers au minimum pour préserver cette manifestation". Il espère voir un "rassemblement républicain" mercredi.

La célébration du premier mariage homosexuel sera symbolique à plus d'un titre. Elle pourrait en effet sonner le glas d'un débat qui a divisé la société française pendant de longs mois. La mairie a reçu environ 140 demandes de journalistes pour entendre Vincent Autin, 40 ans, et Bruno Boileau, 30 ans, se dire "oui" devant la maire PS de la ville, Hélène Mandroux.

Vincent Autin et Bruno Boileau face aux journalistes, le 28 mai 2013 à Montpellier (Hérault).
Vincent Autin et Bruno Boileau face aux journalistes, le 28 mai 2013 à Montpellier (Hérault). (PASCAL GUYOT / AFP)