Cet article date de plus de neuf ans.

Mariage pour tous: les propositions sur une alliance civile rejetées

Ces amendements UMP et centriste visaient à éviter le mariage pour les couples de même sexe proposé par le gouvernement.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le député UMP Daniel Fasquelle le 1er février 2013 à l'Assemblée nationale. C'est lui qui est à l'origine de la proposition d'alliance civile. (MAXPPP)

Sans surprise, au troisième jour du débat, les députés ont rejeté les amendements UMP et centriste proposant une "alliance civile" pour les couples homosexuels, vendredi 1er février. Cet amendement visait à éviter le mariage pour les couples de même sexe proposé par le gouvernement.

Dans un hémicycle très rempli, les députés de l'opposition, tant les centristes de l'UDI (Union des démocrates et indépendants) que les UMP, ont présenté l'alliance civile comme solution de "rassemblement". A l'origine de la proposition d'alliance civile, Daniel Fasquelle, député UMP du Nord, a déclaré : "Il y a deux voies, une alliance civile qui va renforcer les droits des enfants et sinon il y a la voie que vous choisissez qui est une mauvaise solution". Catherine Vautrin (UMP) a renchéri : "Nous avons la possibilité de rassembler les Français". Nathalie Kosciusko-Morizet a aussi défendu le principe de l'alliance civile.

Les deux ministres, Christiane Taubira et Dominique Bertinotti, se sont opposées aux amendements, comme en commission. "C'est une façon de dire aux couples homosexuels 'nous allons vous recevoir mais à l'étage non noble de nos mairies républicaines'", a lancé Dominique Bertinotti, ministre délégué à la Famille. Le député écologiste Sergio Coronado a qualifié la proposition de "subterfuge pour s'opposer au mariage homosexuel". Olivier Dussopt (PS) a jugé "cocasse" de voir l'opposition "défendre le Pacs" et vouloir "l'améliorer".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mariage et homoparentalité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.