Cet article date de plus de neuf ans.

Le FN ira manifester contre le mariage des homos, mais sans Marine Le Pen

Le Front national aura sa propre délégation à la manifestation des opposants au mariage pour tous, le 13 janvier. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La présidente du Front national, Marine Le Pen, lors de sa visite annuelle du marché de Noël des Champs-Elysées, à Paris, le 18 décembre 2012.  (MAXPPP)

Numéro d'équilibriste pour le Front national concernant la mobilisation contre le mariage des homosexuels. Le bureau politique du parti a annoncé, lundi 7 janvier, la mise en place de sa propre délégation au sein de la manifestation des opposants à la mesure, prévue le 13 janvier à Paris. Et ce alors même que la présidente du parti, Marine Le Pen, a annoncé qu'elle ne se joindrait pas au cortège.

"Le Front national appelle ceux qui, élus, cadres, militants ou sympathisants, veulent exprimer leur opposition à ce projet de loi en participant à 'la manifestation pour tous' organisée le 13 janvier à retrouver sa délégation Porte Maillot, en bas de l'avenue de la Grande Armée, à 12h30", indique une motion du bureau politique du FN. 

Un "rendez-vous" et non un appel à manifester

Contactée lundi par l'Agence France-Presse, Marine Le Pen précise que cette motion du bureau politique ne constitue pas un appel à manifester de la part du FN. "On donne un point de rendez-vous pour ceux qui souhaitent manifester", a renchéri Florian Philippot, vice-président du FN, sur France Culture. Selon lui, "nos électeurs sont 50-50" sur le mariage homosexuel.

En appelant ses militants à se retrouver Porte Maillot, le parti prend aussi clairement ses distances avec le mouvement Civitas, proche des catholiques intégristes, dont le cortège partira de la place Pinel (13e arrondissement). 

Division sur la participation au cortège

Vendredi, dans un communiqué, Marine Le Pen avait déjà expliqué qu'elle soutenait "les élus, militants, sympathisants" du FN qui voulaient se joindre à cette manifestation "légitime", mais qu'elle ne participerait pas "à ce qui est devenu une grossière tentative de récupération politicienne et d'enfumage sociétal de la part de l'UMP et du PS".

La participation à ce cortège divise les cadres du parti, entre ceux qui refusent de s'y rendre comme Florian Philippot et ceux qui, à l'instar de Jean-Marie Le Pen ou Bruno Gollnisch, poussent pour que le parti soutienne la manifestation.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mariage et homoparentalité

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.