Cet article date de plus d'un an.

20 ans du Pacs : "On ne peut pas dire que c'était le plus beau jour de notre vie mais c'est quand même un moment d’émotion"

Alors que le mariage recule, le pacte civil de solidarité (Pacs) progresse avec plus de 193 000 signatures en 2017 selon l’Ined. Franceinfo a rencontré un couple de Parisiens qui racontent pourquoi ils ont choisi ce type d'union.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La cérémonie de Pacs de Benjamin et Caroline s'est tenue à la mairie du Ve arrondissement de Paris. Photo d'illustration. (BENJAMIN GAVAUDO / AFP)

Le Pacte civil de solidarité (Pacs) de Caroline, 38 ans, et Benjamin, 45 ans, c’est d’abord un document numérisé sur ordinateur : "On ne l’a pas mis dans un cadre ni accroché dans le salon", plaisante Benjamin. Ils se sont décidés il y a cinq ans, après quelques mois de relation. La cérémonie s'est faite en tenue chic, à la mairie du 5ème arrondissement de Paris, mais elle fut brève. "Une minute trente", précise Benjamin. Pas d’invités, ni de photos.  

"Il y a une symbolique de l'union qui est quand même agréable" 

"On ne peut pas dire que ça a été le plus beau jour de notre vie mais c'est un moment d’émotion tout de même. Et puis on a bu une coupe de champagne", raconte Caroline. Le Pacs a permis depuis sa création, il y a 20 ans, plus de deux millions d'unions. Sur 194 000 pactes signés, 186 000 le sont par des couples hétérosexuels. En novembre 1999, il avait surtout été prévu pour permettre aux couples de même sexe de s'unir

Pour Caroline et Benjamin, la première raison a d’abord été fiscale. Caroline, étant déjà mère de deux enfants, s’est appuyée sur Benjamin après sa rupture avec le père de ses filles. Se pacser c’était une manière de rétablir "une certaine justice". L’année d’après, Benjamin a pu bénéficier des parts de Caroline et donc payer moins d’impôts.

Le Pacs, l'antichambre du mariage

"En cas de problème on peut s'en défaire. Je suis attachée à ma liberté et c'est vrai que j'avais aussi ces considérations en tête", raconte Caroline. Le Pacs est aussi un bon compromis pour le couple de juristes, car plus "protecteur" que l’union civile et plus souple que le mariage. C’est d’ailleurs l’antichambre du mariage, une sorte de "longues fiançailles, avant de voir si on transforme l’essai en mariage", conclut Caroline. 

C'est la loi du 15 novembre 1999 qui a institué le pacte civil de solidarité. La loi avait été définitivement adoptée le 13 octobre 1999 à l'Assemblée nationale. Le Pacs est un contrat conclu entre deux personnes majeures, de sexe différent ou de même sexe, qui a pour but d'organiser leur vie commune. Avec le mariage, il est l'une des deux formes d'union civile permises par le droit français.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mariage

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.