Maltraitance envers les enfants : le calvaire d’un père de famille accusé à tort d’avoir tué son bébé

Publié Mis à jour
Maltraitance envers les enfants : le calvaire d’un père de famille accusé à tort d’avoir tué son bébé
franceinfo
Article rédigé par
L. Cadiou - franceinfo
France Télévisions

Dominique Baril a été accusé à tort de la mort de son enfant âgé de quatre mois. Après huit ans de procédure, il a été acquitté, mais le traumatisme ne le quittera jamais.

Au terme de huit ans de procédure et après plusieurs mois de prison, Dominique Baril a finalement été acquitté. Il était accusé d’avoir tué son enfant âgé de quatre mois, avec le syndrome du bébé secoué. Mais son fils souffrait d’une maladie neurologique. S’il se disait soulagé en 2019 après la décision de justice, il ne s’est jamais remis de ce drame. Son couple s’est séparé, cette épreuve a fait des dégâts considérables.

Des centaines de parents accusés à tort

"J’ai été acquitté, mais ça bousille une famille. Ils ne voient pas le mal qu’ils font derrière. Personne ne m’a aidé. Il faut se faire suivre", a réagi Dominique Baril. Une erreur judiciaire liée à un diagnostic trop sévère, la Haute autorité de santé dressant des critères précis sur lesquels les médecins s’appuient. "Le problème pour moi, c’est qu’elle dit que le diagnostic peut être établi avec certitude et que la nature violente, délibérée peut l’être aussi. Aucun médecin n’a de certitude", détaille Christian Marescaux, neurologue. Des centaines de parents feraient face à une épreuve similaire, accusés à tort d’avoir causé la mort de leur enfant.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.