VIDEO. "Ma mère, elle me crache dessus, elle me dit "tu me dégoûtes, t'aimes les femmes"", témoigne Amal

Homosexuels, ils ont été rejetés par leurs familles. Amal, Allan, Melvin, James et Jenny témoignent dans le documentaire "Famille tu me hais" de Gaël Morel. Voilà ce qu'ils ont vécu.

BRUT

Ils s'appellent Amal, Allan, Melvin, James… Et tous témoignent dans le documentaire "Famille tu me hais", réalisé par Gaël Morel. "J'avais envie de témoigner d'une situation qui n'est pas très connue finalement dans la société française et qui est comment vivent des jeunes qui sont exclus de chez eux à cause de l'homophobie de leur famille", explique-t-il. Il raconte notamment, que peu importe la religion, dans les familles pratiquantes ou très croyantes, ces jeunes sont très souvent "maltraités". Pour le réalisateur, cette homophobie est transgénérationnelle. "Ce sont des mères qui ont entre 35 et 48 ans. Et c'est-à-dire qu'on parle de personnes qui ont grandi dans les années 1980", rappelle-t-il.

6881 appels au Refuge en 2019

"J'ai vécu un an et demi à la rue en étant sur Montpellier. Et en cherchant un hébergement, je suis tombée sur Le Refuge et ils m'ont aidée assez rapidement", témoigne Jenny. Le Refuge est une association qui recueille les jeunes majeurs victimes de l'homophobie de leur famille. "Son but, c'est d’offrir évidemment un toit, de quoi manger, de quoi se soigner, se faire dépister aussi. En plus de ça, il y a aussi un aspect humain où c'est vrai qu'il y a beaucoup de câlins, de petits cadeaux, d'attentions, c'est très personnalisé", détaille Gaël Morel.

En 2019, la ligne d'urgence du Refuge a reçu 6881 appels. La même année, les actes homophobes et transphobes ont augmenté en France de 36 %. 

VIDEO. \"Ma mère, elle me crache dessus, elle me dit \"tu me dégoûtes, t\'aimes les femmes\"\", témoigne Amal
VIDEO. "Ma mère, elle me crache dessus, elle me dit "tu me dégoûtes, t'aimes les femmes"", témoigne Amal (BRUT)