"Je dois progresser" : François Ruffin répond aux critiques après une sortie polémique sur les droits LGBT+

Après des propos polémiques ce jeudi, notamment sur la GPA, le député LFI François Ruffin répond ce vendredi. Il estime que "la société française a progressé sur les droits des personnes LGBT+" et qu'"elle est mûre pour le faire encore, pour combler les manques".
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
François Ruffin, député La France insoumise, le 24 mai 2023. (LIONEL LE SAUX / MAXPPP)

"Ma réponse sur le genre, ça va pas". Au lendemain d'une interview sur franceinfo, le député La France insoumise (LFI) François Ruffin fait son mea culpa sur Twitter vendredi 2 juin. Certains des propos qu'il a tenus sont en effet décriés, tant sur les réseaux sociaux qu'au sein de LFI. Tout part d'une question : la gauche française ferait-elle comme la gauche espagnole, qui vient d'essuyer un revers électoral, en permettant de changer librement de genre à 16 ans, sans l'accord des parents ?

>> Retraites, RN, inflation, présidentielle 2027... Ce qu'il faut retenir de l'interview de François Ruffin

L'élu de la Somme ne répond pas directement, mais assure qu'"il faut reconstruire des ponts" entre les Français, "réparer les fractures et pas les creuser davantage". "Dans ce cadre-là, on ne devra pas faire tout ce qui nous passe par la tête, tout ce qu'on souhaite, tout ce qui est peut-être même bon en soi", estime celui qui compte parmi les présidentiables, à gauche. Relancé sur la gestation pour autrui (GPA), il indique qu'il n'y est "pas favorable, personnellement" et qu'il "pense que ce n'est pas ça qu'on [la gauche] doit placer au cœur de notre projet"

Une fois l'extrait diffusé sur le compte Twitter de franceinfo, les premières critiques fusent. Quelques heures plus tard, le compte "Le coin des LGBT+", aux près de 48 000 abonnés, relaye la vidéo, assorti de ce commentaire : "François Ruffin ne veut pas d'une loi permettant de changer plus facilement sa mention de genre car il faut 'de l'apaisement' pour que son parti accède au pouvoir".

Dans la foulée, François Ruffin se voit critiqué par ses pairs, sur le même réseau social. "Ce n'est en rien une position de La France insoumise ni du groupe parlementaire", recadre la députée Sophia Chikirou, proche de Jean-Luc Mélenchon. "Ce propos, en ce jour, est au mieux maladroit, au pire une faute politique", cingle-t-elle. Le jeudi 1er juin marque en effet le début du mois des fiertés LGBT+.

"C'est un avis personnel qui n'engage pas le mouvement"

Antoine Léaument, membre de la direction de LFI

sur Twitter

Dans un tweet, le député LFI Antoine Léaument rappelle que le programme de son parti prévoit de "garantir le droit au changement de la mention du sexe à l'état civil, librement et gratuitement devant un officier d'état civil, sans condition médicale".

François Ruffin ne se contente pas de regretter sa réponse. "Sur ce sujet [des droits LGBT+] comme sur pas mal d'autres, en toute humilité, je dois progresser", assure-t-il. Il reconnaît que "du Pacs au mariage pour tous, la société française a progressé sur les droits des personnes LGBT+" et qu'"elle est mûre pour le faire encore, pour combler les manques".

>> VIDEO. "Je suis très fier d'être fils d'homosexuelles" : des enfants nés de PMA ou de GPA racontent "le regard" des autres sur leurs familles

Ses priorités ne changent pas : "Une vie digne et apaisée, avec un travail, des loisirs accessibles, un logement décent, dans une planète vivable". Toutefois, il admet que "cet idéal n'exclut personne, sinon, il n'en est plus un".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.