INFO FRANCEINFO. Moqueries, insultes, violences... Une personne LGBT sur deux a déjà subi au moins une agression homophobe dans sa vie

Selon un sondage réalisé par l'Ifop pour l'Observatoire LGBT+ de la Fondation Jean-Jaurès, soutenu par la Dilcrah, 53% des personnes LGBT affirment avoir déjà fait l'objet d'une agression verbale ou physique à caractère homophobe en France.

Lors de la Marche des fiertés, à Paris, le 30 juin 2013.
Lors de la Marche des fiertés, à Paris, le 30 juin 2013. (MAXPPP)

Lesbiennes, gays, bisexuels, transsexuels... Une personne LGBT sur deux a déjà fait l'objet d'insultes, de moqueries ou d'agressions physiques en France métropolitaine. C'est le constat dressé par l'Observatoire LGBT+, le nouvel organe thématique de la fondation Jean-Jaurès, dans un sondage réalisé par l'Ifop* et révélé mercredi 27 juin par franceinfo. Parmi les personnes interrogées, 53% déclarent avoir déjà été agressées au cours de leur vie en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre. "Je ne m'attendais pas à ce que cela soit aussi élevé", réagit Denis Quinqueton, codirecteur de l'observatoire et ancien président de l'association Homosexualité et socialisme.

Selon ce sondage, soutenu par la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah), les "moqueries désobligeantes ou propos vexants" sont la forme d'agression la plus courante (33% des personnes LGBT en ayant été la cible), suivies par les "insultes ou injures" (28%), les "vols, dégradations ou destructions de vos biens personnels" (21%), les "menaces d'agression" (20%), les "menaces de révéler votre orientation ou votre identité sexuelle" (18%) et les "actes de violences physiques" (17%). Pour 16% des victimes, l'agression s'est déroulée au cours des douze derniers mois.

Des agressions plus nombreuses en ville

Ces agressions se déroulent dans des contextes très différents. Ainsi, 26% des personnes LGBT ont déjà été la cible d'injures ou de menaces homophobes à l'école, 23% dans la rue ou les transports en commun, 20% au travail, 19% dans leur foyer ou dans leur environnement familial, 18% sur internet ou sur les réseaux sociaux... L'enquête de l'Ifop révèle également que les villes sont plus touchées que les campagnes : 44% des sondés vivant dans une commune rurale ont déjà été victimes d'agressions, contre 58% pour une ville de moins de 20 000 habitants, et 59% pour l'agglomération parisienne.

"J'avais en tête l'image d'Epinal : c'est l'enfer de vivre à la campagne pour une personne LGBT, c'est le paradis de vivre en ville. Ce n'est pas ça du tout, expose Denis Quinqueton, avant de formuler une hypothèse : là où il y a du lien social, il y a moins d'agressions. Les gens se connaissent. J'ai remarqué qu'on est plus facilement homophobe face à une abstraction et que dès qu'il s'agit d'une personne, on l'est beaucoup moins."

"Les personnes LGBT ne sont toujours pas libres"

Les difficultés des personnes LGBT ne se limitent pas à ces agressions. 33% des personnes interrogées indiquent avoir déjà été discriminées en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre. Là encore, ces discriminations sont le fait d'un large échantillon de personnes : les collègues ou supérieurs hiérarchiques (25%), les enseignants (21%), les recruteurs (19%), les forces de l'ordre (19%), les membres d'un club de sport (19%), des professionnels du logement ou des propriétaires (18%), des tenants de café ou de bar (18%), des professionnels de santé (17%)...

Des chiffres qui ne surprennent pas Joël Deumier, président de SOS Homophobie. "C'est toujours le même constat : en 2018, les personnes LGBT ne sont toujours pas libres d'aimer et de vivre comme elles sont malgré l'avancée des droits, regrette le militant associatif. L'homophobie et la transphobie sont présentes sur l'ensemble du territoire et touchent tous les milieux sociaux."

L'homophobie peut se produire n'importe où, n'importe quand. Cela produit des effets effroyables.Denis Quinquetonà franceinfo

Pas étonnant, dès lors, que ces agressions et discriminations poussent six personnes LGBT sur dix à "adapter" leur comportement d'une manière ou d'une autre, pour éviter d'être victimes d'homophobie. Dans le détail, 43% évitent d'embrasser leur partenaire en public, 41% de lui tenir la main, 34% d'afficher leur orientation sexuelle sur internet, 34% de fréquenter certains lieux et 28% de voir certains proches... "L'homophobie est intériorisée, constate Joël Deumier. Comme les femmes apprennent à ne pas sortir seules tard le soir pour éviter les agressions sexistes, les homosexuels apprennent dès leur plus jeune âge à adapter leur comportement parce qu'ils connaissent le climat."

*L’enquête a été menée par questionnaire auto-administré en ligne entre le 23 mai et le 6 juin 2018 auprès d’un échantillon de 994 personnes homosexuelles, bisexuelles et transgenres, extrait d’un échantillon de 12 137 personnes représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine.