Homophobie : une victime dénonce les agressions répétées

Un "plan d'urgence" du gouvernement pour lutter contre les violences homophobes a été annoncé, lundi 26 novembre. Plus de prévention et plus de répression sont à l'agenda.

France 2

Depuis le début de l'année, les dépôts de plainte contre des violences homophobes ont augmenté de 15% en France. Un "plan d'urgence" a été présenté, lundi 26 novembre, pour mettre fin à ce type de violences. Vendredi 23 novembre, un jeune homme, figure emblématique de la lutte contre l'homophobie, s'est fait agresser violemment en région parisienne. Il est encore sous le choc. Lyes Alouane, militant de l'association Stop Homophobie, était venu distribué des prospectus dans un quartier populaire de Gennevilliers (Hauts-de-Seine).

Il s'est retrouvé pris à partie par plusieurs jeunes. Devant les insultes, les menaces, il prend peur et s'éloigne quand un inconnu l'attrape au visage. "Il m'a asséné un énorme coup de poing sur le nez tout en me disant des injures homophobes (...), j'ai essayé de me défendre physiquement, mais il m'a mis par terre et là il m'a asséné des coups de pieds", se souvient-il.

Une campagne de sensibilisation lancée en janvier prochain

Ces derniers mois, les victimes dénoncent sur les réseaux sociaux les violences qu'elles ont subies. La ligne d'écoute de l'association SOS homophobie explose depuis septembre 2018. Ce n'est pas la première fois que Lyes Alouane est pris pour cible, car, dans son quartier, ce combat ne plait pas à tout le monde. Pour sensibiliser les jeunes dans les collèges et les lycées, une campagne de sensibilisation contre les violences homophobes devrait être lancée à partir de janvier prochain.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants agitent des drapeaux arc-en-ciel, le 30 juin 2018, lors de la Marche des fiertés, à Paris, devant la statue de Jeanne d\'Arc couverte d\'un tissu noir.
Des manifestants agitent des drapeaux arc-en-ciel, le 30 juin 2018, lors de la Marche des fiertés, à Paris, devant la statue de Jeanne d'Arc couverte d'un tissu noir. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)