La France lui avait refusé la nationalité pour avoir "trop travaillé", Mohamed obtient finalement sa naturalisation

Cet habitant de Reims travaille comme agent de sécurité au palais de justice.

Article rédigé par
avec France Bleu Champagne-Ardenne - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Cet habitant de Reims a appris sa naturalisation ce lundi au Journal officiel. (SOPHIE CONSTANZER / RADIO FRANCE)

Son histoire avait suscité l'émoi jusque dans les rangs du gouvernement, après s'être vu refuser la naturalisation française en décembre 2020 pour avoir trop travaillé. Mohamed, habitant de Reims (Marne), a finalement obtenu gain de cause et obtenu la nationalité française lundi 3 mai, rapporte France Bleu Champagne-Ardenne.

"Ce que je retiens, c'est une immense joie et un soulagement", s'enthousiasme le Rémois auprès de France Bleu. Il vit depuis 13 ans en France, a fait ses études à Reims et a un casier judiciaire vierge. Mohamed s'était vu refuser sa demande de nationalité par les services de l'État car il avait dépassé le quota légal d'heures de travail en 2018, l'année de sa demande de naturalisation, multipliant à l'époque les contrats en tant qu'agent de sécurité.

Pas un cas isolé

Ce motif avait indigné son avocat Simon Miravete car il n'est pas prévu dans les textes. Le néo Français, qui travaille au sein du palais de justice de Reims, dit avoir "toujours cru en la justice en France, c'est ce qui m'a donné la force de ne pas baisser les bras".

Depuis la médiatisation du cas de son client, Maître Simon Miravete explique avoir reçu d'autres témoignages de personnes qui se sont vu refuser leurs demandes de naturalisation car ils ont "trop travaillé". "Comment oser aujourd'hui dire à quelqu'un : vous ne méritez pas d'avoir la nationalité française parce que vous travaillez trop ?", demande l'avocat.

Désormais, Mohamed attend de pouvoir faire sa première carte d'identité et précise : "Je ne savais pas qu'il ne fallait pas dépasser un quota d'heures et je vais faire en sorte de le respecter comme tout bon citoyen français."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.