Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Selon le ministre de la Justice, 600 adolescents sont suivis pour radicalisation

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min
DLTFTV_MAM_6696229
Selon le ministre de la Justice, 600 adolescents sont suivis pour radicalisation DLTFTV_MAM_6696229 (FRANCE 2)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions

Invité sur France 2 dans les "4 Vérités", Jean-Jacques Urvoas a démenti les informations du "Figaro" qui font état de près de 2 000 mineurs radicalisés.

Six cents et non 1 954. C'est le nombre d'adolescents, en France, qui feraient l'objet d'un suivi car ils présentent des signes de radicalisation, a déclaré, vendredi 23 septembre, le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, sur France 2. Il a ainsi démenti les informations du Figaro, selon lesquelles près de 2 000 mineurs ont été signalés comme radicalisés.

D'après le quotidien, qui cite "un bilan porté à sa connaissance", 1 954 mineurs sont signalés comme radicalisés en France. Par ailleurs, citant cette fois "les services spéciaux", Le Figaro affirme que dix-sept adolescents sont morts sous la bannière de Daech dans les zones de combat en Irak et en Syrie. Les jeunes filles sont désormais plus nombreuses à être radicalisées que les garçons, estime encore le quotidien.

Environ 150 mineurs signalés par leurs parents

"Les services de la protection judiciaire de la jeunesse suivent 600 adolescents sur lesquels nous avons des signes de radicalisation", dont quelque 150 auraient été signalés par leurs parents, a-t-il déclaré. Quatorze jeunes sont incarcérés dans ce cadre, 11 garçons et trois filles, a précisé le ministre. Il s'agit d'une "tendance lourde", a dit Jean-Jacques Urvoas, et non une "explosion".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.