VIDEO. Des données policières sur Booba, Rohff et La Fouine diffusées sur internet

Plusieurs enquêtes ont été ouvertes après la diffusion sur YouTube des fiches Stic de plusieurs rappeurs par des internautes ayant abusé des policiers au téléphone, a indiqué jeudi la préfecture de police de Paris.

Clément Le Goff

Plusieurs enquêtes ont été ouvertes après la diffusion sur YouTube des fiches policières de plusieurs rappeurs par des internautes ayant abusé des policiers au téléphone, a indiqué jeudi 3 janvier la préfecture de police (PP) de Paris, confirmant une information de PC INpact. Ces données proviennent du Système de traitement des infractions constatées (Stic), qui regroupe les informations relatives aux personnes mises en cause et aux victimes.

Ces dernières semaines, des personnes se sont amusées à téléphoner à divers commissariats de Paris et son agglomération (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne) afin de tenter de récupérer les fiches Stic de rappeurs tels que La Fouine, Morsay, Cortex, Booba et Rohff. Se faisant passer pour des policiers, les farceurs réclament à leur interlocuteur de se connecter au Stic pour "sortir" les données sur des personnes qu'ils auraient interpellées.

Un rapport de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) de 2009 soulignait les problèmes de rigueur du fichier informatique, qui inclut 6,5 millions de mis en cause. La fiche Stic n'a rien à voir avec le casier judiciaire, qui ne concerne que les condamnations. L'Inspection générale des services (IGS, police des polices parisienne) a été saisie afin de déterminer si des faits pouvaient être reprochés aux policiers victimes de ces canulars.

Des données policières sur Booba, Rhoff et La Fouine diffusées sur internet
Des données policières sur Booba, Rhoff et La Fouine diffusées sur internet (LEJEUNE / MAXPPP)