Une Française de 26 ans, détenue au Sénégal pour "complot contre l'autorité de l'Etat", a commencé une grève de la faim

Coline Fay, une Iséroise de 26 ans, avait manifesté devant la Cour suprême à Dakar lors d'un rassemblement pacifique de soutien à Ousmane Sonko, principal opposant politique au président sénégalais actuel, Macky Sall.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Cour suprême de Dakar le 17 novembre 2023 (JOHN WESSELS / AFP)

Coline Fay, une Française de 26 ans qui vit au Sénégal depuis un an et travaille dans un centre de soins en tant que kinésithérapeute, est incarcérée depuis le 17 novembre, rapporte ce mardi 28 novembre France Bleu Isère. Ce lundi elle a entrepris une grève de la faim et a pu parler à sa famille.

La jeune femme est originaire de Claix dans la banlieue de Grenoble. Le 17 novembre dernier, elle avait manifesté devant la Cour suprême à Dakar lors d'un rassemblement pacifique de soutien à Ousmane Sonko, principal opposant politique au président sénégalais actuel, Macky Sall. Ousmane Sonko est également en prison actuellement. Il souhaite se présenter aux prochaines élections qui auront lieu en février.

"Il faut la sortir de là et la ramener en France"

Coline Fay, qui portait un bracelet aux couleurs d'Ousmane Sonko, a donc été arrêtée et incarcérée dans une prison pour femmes de Dakar pour "complot contre l'autorité de l'Etat" et "séjour irrégulier".  Maitre Juan Branco est son avocat. Il défend également Ousmane Sonko. "Nous sommes inquiets pour Coline Fay", a confié l'avocat à France Bleu Isère. "Il faut la sortir de là et la ramener en France.", insiste maître Juan Branco. Du côté de la famille iséroise de la jeune femme, qui veut rester discrète pour l'instant, on se mobilise également. Elle a écrit à des parlementaires isérois et un comité de soutien est en cours de constitution.

Ce lundi, lors d'un point presse, la porte-parole du Quai d'Orsay a été interrogée sur la détention de Coline Fay. "Comme tous les ressortissants français arrêtés à l’étranger qui en font la demande, elle bénéficie de la protection consulaire", a-t-elle répondu. "A ce titre, une visite consulaire lui a été rendue récemment, afin de s’assurer de ses conditions de détention, de son état de santé et du respect de ses droits à la défense".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.