Cet article date de plus de huit ans.

Un jihadiste présumé lié à la famille Merah en garde à vue à Montpellier

Un Français d'origine algérienne de 31 ans, qui préparait un voyage en Indonésie, est actuellement interrogé par la police. Sa mère est une amie intime de celle du tueur de Toulouse et Montauban.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les cellules de garde à vue du commissariat de Montpellier (Hérault), le 18 avril 2011. (GUILLAUME BONNEFONT / MAXPPP)

Mohamed Djouad, 31 ans, aurait expliqué à sa mère vouloir s'entraîner pour le jihad. C'est elle qui a pris l'initative d'appeler la police, craignant ce voyage en Indonésie au motif bien particulier. Le jeune homme, français d'origine algérienne, a été arrêté samedi à Montpellier (Hérault) par une vingtaine d'hommes du Groupe d'intervention de la police nationale (GIPN), relate Midi Libre qui publie des détails sur son interpellation, mardi 24 avril. Les autorités auraient saisi chez le jeune homme du matériel de randonnée, 1 500 euros en liquide. Sa garde a vue a été prolongée de 48 heures lundi.

Les autorités ont pris l'affaire d'autant plus au sérieux que la famille de Mohamed Djouad est liée à celle de Mohamed Merah, le tueur de Toulouse et de Montauban. Les mères des deux hommes sont des amies intimes. Mohamed Djouad, qui a vécu à Toulouse par le passé, était connu des autorités comme proche des islamistes.

"On ne prend pas de risque"

"Il reconnaît faire partie de la mouvance radicale, et avoir voulu se rendre en Indonésie pour savoir à quoi ça ressemble", explique une source proche du dossier citée par Midi Libre. "Il risquait d’être un copié-collé de Mohamed Merah, et dans ce cas-là, on ne prend pas de risque", précise une autre source.

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme n'aurait cependant pas de liens avec le groupuscule islamiste Forsane Alizza, dissout par le ministère de l'Intérieur et dont plusieurs sympathisants avaient été arrêtés et mis en examen début avril.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.