L'islamologue Tariq Ramadan, mis en examen pour viols, refuse de venir devant la cour d’appel de Paris

Alors que se tient jeudi une audience pour statuer sur sa demande de remise en liberté à la cour d'appel de Paris, Tariq Ramadan a refusé de s'y rendre.

L\'islamologue suisse Tariq Ramadan, le 6 avril 2015 au Bourget (Seine-Saint-Denis). 
L'islamologue suisse Tariq Ramadan, le 6 avril 2015 au Bourget (Seine-Saint-Denis).  (LOIC VENANCE / AFP)

L’islamologue suisse Tariq Ramadan, mis en examen pour viols, a refusé de venir devant la cour d’appel de Paris jeudi 22 février dans l'après-midi où se tient l'audience sur sa demande de remise en liberté, a appris franceinfo de source proche du dossier. Cela n’empêche pas la justice de se prononcer.

Tariq Ramadan n’a pas été extrait de la prison de Fleury-Mérogis (Essonne) où il est écroué, confirme cette même source à franceinfo. Le prédicateur conteste son placement en détention provisoire. Il avait fourni des certificats médicaux faisant état d'une sclérose en plaques et d'une neuropathie, mais un expert médical a jugé lundi son état de santé "compatible" avec sa détention.

L'islamologue a été placé en détention provisoire depuis le 2 février après sa mise en examen pour viols sur deux femmes, dont une personne vulnérable, en 2009 à Lyon et en mars-avril 2012 à Paris.