Cet article date de plus de deux ans.

Attaque à Paris : le principal suspect avait préparé son acte et visait "Charlie Hebdo"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Attaque à Paris : le principal suspect avait préparé son acte et visait "Charlie Hebdo"
Article rédigé par
S. Neumayer, N. Perez, E. Pelletier, I. Bornacin, V. Frédéric, M. Lavielle, G. Le Goff, Q. Monaton, M. Le Rue - France 2
France Télévisions

Au lendemain de l’attaque qui s’est déroulée à Paris, vendredi 25 septembre, le principal suspect assume ses actes et précise qu’il visait "Charlie Hebdo".

Dès le soir de l’attaque à l’arme blanche, survenue à Paris, vendredi 25 septembre, le principal suspect reconnaît les faits. Le lendemain, il se confie de nouveau à la police. "L’individu a expliqué avoir voulu viser Charlie Hebdo, il a assumé ses actes devant les enquêteurs et donne de plus en plus de précision sur ses motivations", explique le journaliste Ignacio Bornacin, en direct du siège de la police judiciaire à Paris, samedi soir pour le 20 Heures. Neuf personnes sont en garde à vue. Les enquêteurs ont jusqu’à mardi pour tenter d’obtenir le plus d’informations possibles.

Un rappel à la loi en juin dernier

Le suspect affirme avoir agi en réaction à la publication des caricatures de Mahomet par le journal satirique, selon les informations de France 2. Il déclare même avoir repéré les lieux, la rue Nicolas Appert, la veille, pensant toucher les locaux de Charlie Hebdo, qui a, en fait, changé d’adresse. Selon les papiers retrouvés chez lui, il se prénomme Hassan. Né au Pakistan, il aurait 18 ans et se trouvait en situation régulière sur le sol français. En juin 2020, il a écopé d’un rappel à la loi pour port d’arme prohibé, le même type que celle qu’il a utilisée lors de l’attaque, une feuille de boucher. Son petit frère a été arrêté, samedi 26 septembre.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.