Procès de "la chemise arrachée" : deux à quatre mois de prison avec sursis requis

Les réquisitions sont tombées dans le procès de "la chemise arrachée" des dirigeants d'Air France. Le procureur demande deux à quatre mois de prison avec sursis contre cinq des salariés de la compagnie qui comparaissent.

France 2

Les réquisitions sont tombées dans le procès de "la chemise arrachée" des dirigeants d'Air France. Le procureur demande deux à quatre mois de prison avec sursis contre cinq des salariés de la compagnie qui comparaissent. "Pour le procureur, ce n'était pas une opération syndicale, mais une opération, je cite, de 'casseurs de voyous'. Les prévenus ont été instrumentalisés par leurs syndicats. Seulement le procureur n'oublie pas le contexte social. L'échauffement, dit-il, ce sont les 1 900 emplois qui étaient appelés à disparaître", explique Dominique Verdeilhan en direct du tribunal de grande instance de Bobigny.

Jugement le 30 novembre prochain

Seulement, pour le magistrat, l'humiliation, la violence, n'ont jamais créé d'emplois.
"Ce sont des réquisitions qui ont été accueillies dans le calme. J’allais dire dans un relatif soulagement. Nous verrons s'il en sera de même le 30 novembre prochain le jour du jugement", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT