Cet article date de plus de cinq ans.

Policiers : l'autorisation du port d'arme hors service limitée à l'état d'urgence

Selon l'arrêté publié ce mercredi au Journal officiel, la revendication des policiers de pouvoir porter leur arme en toute occasion n'est satisfaite qu'en partie puisque cette autorisation est limitée à l'état d'urgence.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Les policiers pourront porter leur arme hors service pendant l'état d'urgence © MAXPPP)

Selon l'arrêté publié ce mercredi matin au Journal officiel, "lorsque l'état d'urgence est déclaré (...) que ce soit sur tout ou partie du territoire national, tout fonctionnaire de police qui n'est pas en service peut porter son arme individuelle pendant la durée de l'état d'urgence, y compris en dehors du ressort territorial où il exerce ses fonctions". Une autorisation qui est donc strictement limitée à cette période particulière et qui ne serait donc valable que jusqu'à la fin du mois de février. 

L'arrêté précise également que les élèves policiers ne sont pas concernés, que "le chef de service peut restreindre cette possibilité par des décisions individuelles motivées", que "le port de l'arme hors service n'est alors pas conditionné au port du gilet pare-balles individuel" et que "ces dispositions sont également applicables au trajet entre le domicile et le lieu de travail".

Les syndicats de policiers qui avaient réclamé cette autorisation du port d'arme hors service avait donné deux exemples récents : celui d'un commissaire présent au Bataclan, sans arme, au moment de l'attaque, et celui d'un gardien de la paix parisien hors service, tué alors qu'il était pris pour cible à la terrasse d'un café. Deux cas hors état d'urgence. Dans la même situation, en mars prochain, ces deux policiers devraient encore affronter sans arme des terroristes. 

A LIRE AUSSI ►►► Etat d'urgence : un projet de loi pour pérenniser une partie du dispositif

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.