Nice : le récit de l'attaque meurtrière en dix points

Après l’attaque de Nice, 84 personnes sont mortes, dont 10 enfants et adolescents. Le procureur de la République de Paris a livré ce vendredi les détails du parcours meurtrier du conducteur sur la promenade des Anglais.

(François Mollins, procureur de la République de Paris, s'exprimait lors d'une conférence de presse donnée depuis Nice (capture d'écran France 2))

■ Un homme arrive seul à vélo dans l'ouest de la ville, puis disparait des écrans de surveillance.

■ Il réapparait, si l'on s'en tient aux élements de vidéo-surveillance, à bord d'un camion frigorifique de 19 tonnes loué le 11 juillet à une société de location de Saint-Laurent du Var, et qui aurait dû être restitué le 13 juillet, filmé en stationnement dans le quartier Auriol depuis la veille.

■ Le camion réapparaît à 22h30 dans le quartier Magnan, avant de prendre la direction de la promenade des Anglais.

■ L’homme roule sur une distance de 2km environ, entre les numéros 11 et 147 de la Promenade. Il percute avec violence de très nombreux spectateurs. 

■ A hauteur de l’hotel Negresco, le conducteur tire à plusieurs reprises sur trois policiers. Les policiers répliquent et poursuivent le camion, qui réussi cependant à évoluer encore sur 300 mètres.

■ Les policiers parviennent enfin à le neutraliser par des tirs à hauteur du Palais de la Méditerranée. 

■ Le terroriste est retrouvé mort sur le siège passager.

■ A bord de la remorque, les enquêteurs ne découvrent qu’un vélo et huit palettes vides. 

■ Dans la cabine du camion, un pistolet automatique de calibre 7.65, un chargeur, des cartouches, un deuxième pistolet automatique, lui factice, deux répliques de fusils d'assaut, une grenade percée, ainsi qu’un téléphone portable et divers documents. 

■ Aux côtés de ces objets, une carte conducteur et une carte bancaire au nom du conducteur. Le conducteur est formellement identifié comme étant Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, né le 3 janvier 1985 en Tunisie et domicilié à Nice. Il est inconnu des services de renseignement.

A LIRE AUSSI ►►►  Attentat de Nice : ce que l’on sait