Cet article date de plus de huit ans.

L'ex-entraîneur de tennis Régis de Camaret condamné à huit ans de prison pour viols

Il était jugé pour le viol de deux anciennes pensionnaires mineures de son centre d'entraînement de tennis, il y a plus de vingt ans. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien entraîneur de tennis Régis de Camaret quitte le palais de justice de Lyon (Rhône), le 15 novembre 2012. (JEFF PACHOUD / AFP)

JUSTICE – Régis de Camaret a été condamné à huit ans de prison ferme devant les assises du Rhône, rapporte France 2 Lyon vendredi 23 novembre. Il a également écopé d'une interdiction définitive d'exercer une activité professionnelle en lien avec le tennis et a fait l'objet d'un mandat de dépôt à l'audience. La justice le jugeait pour le viol de deux anciennes pensionnaires mineures de son centre d'entraînement de tennis, il y a plus de vingt ans. 

Une vingtaine de ses anciennes élèves l'accusaient d'attouchements sexuels et de viols à répétition commis entre les années 1977 et 1989. Mais la plupart de ces faits présumés étaient prescrits. Agé de 70 ans, Régis de Camaret risquait vingt ans de prison. Une peine de dix à douze ans de réclusion criminelle avait été requise plus tôt dans la journée à son encontre. 

France 2 - Benoît Gadrey et Philippe Evêque

"La honte a changé de camp" 

"Ce soir, il est en prison, la honte a changé de camp, c'était un long combat, on est très touchées, vidées", a brièvement réagi Isabelle Demongeot à la sortie de l'audience. L'ancienne n° 2 du tennis français avait été entendue comme témoin durant le procès, sa plainte ayant été prescrite. C'est pourtant sa plainte, déposée en 2005, qui avait révélé l'affaire.

Pour sa défense, l'ancien entraîneur avait laissé entendre qu'Isabelle Demongeot aurait voulu se venger de lui après avoir été détrônée par sa rivale Nathalie Tauziat, laquelle a témoigné en faveur de Régis de Camaret. "Ces filles [celles qui accusent Régis de Camaret] sont venues au club à des époques différentes,  sur une période de dix ans, elles ne sont pas de la même génération, elles ne se connaissent pas, et pourtant, elles disent la même chose", a martelé l'avocate générale, démontant cette théorie du complot. 

En vertu de la loi pénitentiaire de novembre 2009, Régis de Camaret pourra toutefois bénéficier rapidement d'une demande de liberté conditionnelle, en raison de son âge.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.