L'Eglise de scientologie bientôt mise en examen dans l'affaire de l'Institut Aubert

Une école privée du Val-de-Marne est soupçonnée d'avoir appliqué des préceptes scientologues à l'insu des parents d'élèves.

L\'entrée du siège de l\'Eglise de scientologie à Paris en 2009.
L'entrée du siège de l'Eglise de scientologie à Paris en 2009. (PHILIPPE LISSAC / GODONG / PHOTONONSTOP / AFP)

Un nouvel épisode dans le long et complexe feuilleton judiciaire de la scientologie en France. La cour d'appel de Paris a ordonné la mise en examen de structures scientologues dans l'affaire de l'Institut Aubert, une école privée de Vincennes (Val-de-Marne), soupçonnée d'avoir appliqué des préceptes de la Scientologie à l'insu des parents d'élèves. L'avocat d'une famille partie civile l'a annoncé, lundi 13 janvier.

Trois personnes physiques et trois structures liées à l'Eglise de scientologie vont désormais être mises en examen par une juge parisienne, notamment pour fraude et complicité de tromperie. L'avocat Olivier Morice, adversaire de longue date des scientologues, l'a précisé.

Selon plusieurs rapports parlementaires, l'Église de scientologie est listée parmi les mouvements sectaires en France. Elle est en revanche considérée comme une religion aux États-Unis et dans quelques pays européens, comme l'Espagne, l'Italie, la Hollande ou la Suède. Fondée par l'écrivain américain de science-fiction Ron Hubbard, elle revendique 12 millions d'adeptes dans le monde et 45 000 dans l'Hexagone.