Justice : les bruits de nos campagnes désormais protégés par la loi

Le Sénat a adopté, jeudi 21 janvier, une loi visant à protéger le patrimoine sensoriel des campagnes. Objectif : éviter que les bruits et les odeurs ne deviennent source de conflits entre voisins.

France 3

Effluves de fumier, chants de la basse-cour, meuglement des vaches… Autant de bruits et d’odeurs des campagnes françaises, qui sont désormais protégés par une loi. Ils font partie de ce qu’on appelle le "patrimoine sensoriel". Parmi les citoyens croisés par les journalistes de France 3, les réactions sont mitigées. "C’est vrai que si on a une grande proximité avec ses voisins, ça peut être gênant", indique une passante. "Je suis ravie qu’on protège enfin nos campagnes, nos animaux et notre mode de vie", se réjouit une autre.

Une "victoire" pour la propriétaire du coq "Maurice"

Parmi ceux qui attendaient cette loi avec impatience, il y a Corinne Fesseau, la propriétaire du désormais célèbre coq "Maurice". Cette résidente de l’île d’Oléron (Charente-Maritime), avait été emmenée jusqu’au tribunal par ses voisins. Ils se plaignaient des vocalises de son animal. "C’est une victoire, c’est à dire que là ça va protéger d’autres campagnes, d’autres coqs forcément (…). Ça protège tout le monde maintenant", explique-t-elle aux journalistes de France 3. Prochaine étape pour définitivement protéger ce patrimoine sensoriel : répertorier tous les bruits, toutes les odeurs de nos animaux et de nos campagnes, afin de les inscrire définitivement dans le code de l’environnement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Corinne Fesseau avec son coq \"Maurice\", à Saint-Pierre-d\'Oléron à La Rochelle, dans l\'ouest de la France, le 5 juin 2019.
Corinne Fesseau avec son coq "Maurice", à Saint-Pierre-d'Oléron à La Rochelle, dans l'ouest de la France, le 5 juin 2019. (XAVIER LEOTY / AFP)