Cet article date de plus de neuf ans.

Bientôt jugé en appel, Jérôme Kerviel contre-attaque

L'avocat de l'ancien trader a dénoncé vendredi l'existence d'"enregistrements sauvages" de Kerviel réalisés en 2008 par la banque, qui ont été "coupés, "trafiqués" pour nuire à son client. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Jérôme Kerviel au palais de justice de Paris, le 8 juin 2010. Le trader avait été condamné à cinq ans de prison, dont trois ferme. (VINCENT ISORE / MAXPPP )

Deux plaintes en l'espace d'une semaine. A l'occasion de sa première conférence de presse depuis octobre 2010, Jérôme Kerviel a de nouveau exposé, vendredi 27 avril, sa ligne de défense pour le moins offensive dans le procès en appel qui l'opposera en juin à son ancien employeur, la Société générale.

"Pour moi, ces quatre ans ont été un enfer. Mon nom a été sali", a déclaré l'ancien trader. "Mes supérieurs étaient informés, la banque savait ce que je faisais, je n'ai jamais détourné le moindre centime", a-t-il répété. A l'approche du procès en appel, FTVi revient sur la guerre judiciaire que se mènent la banque et son ancien salarié. 

Une plainte pour faux et usage de faux

Jérôme Kerviel porte plainte contre la Société générale pour faux et usage de faux, a annoncé vendredi son avocat, David Koubbi. Celui-ci a dénoncé l'existence d''"enregistrements sauvages" à l'encontre de l'ancien trader. Selon David Koubbi, les enregistrements d'une conversation entre Jérôme Kerviel et ses supérieurs de la banque ont été "coupés et trafiqués". Des experts ont repéré "des plages vides inexplicables sur le plan technique", a expliqué l'avocat, rappelant que "le discrédit de cette pièce a eu pour conséquence la manipulation de la justice lorsqu'elle a condamné" le trader.

• Une plainte pour escroquerie au jugement

Il y a une semaine, David Koubbi avait annoncé le dépôt d'une plainte pour escroquerie au jugement contre la Société générale. Il accuse la banque d'avoir caché à la justice le fait d'avoir récupéré grâce à un mécanisme fiscal 1,7 des 4,9 milliards d'euros qu'elle dit avoir perdus par la faute de Jérôme Kerviel. Il évoque également "la réalisation par la Société générale d'opérations fictives de même nature que celles reprochées à Jérôme Kerviel"

La Société générale menace d'une plainte pour dénonciation calomnieuse

De son côté, la Société générale avait immédiatement fait savoir, vendredi dernier, qu'elle allait porter plainte pour dénonciation calomnieuse. Sans répondre directement aux accusations de Jérôme Kerviel, la banque avait annoncé qu'elle ferait "valoir ses arguments lors du procès en appel".

En 2010, Jérôme Kerviel a été condamné à cinq ans de prison, dont trois ferme, et à 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts pour avoir fait perdre ce même montant à la Société générale, début 2008. Son procès en appel doit se dérouler du 4 au 28 juin. Il est pour l'instant libre et n'a encore rien payé, l'appel étant suspensif.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.