Hippodrome de Compiègne : non-lieu pour Eric Woerth à la CJR

L'ancien ministre du Budget de Nicolas Sarkozy a obtenu un non-lieu de la CJR dans l'affaire de la vente de l'hippodrome de Compiègne en 2010. Eric Woerth était soupçonné de prise illégale d'intérêt.

(Eric Woerth bénéficie d'un non-lieu à la Cour de Justice de la République © MAXPPP)

La Cour de justice de la République (CJR) ne poursuivra pas Eric Woerth. L'ancien ministre du Budget de Nicolas Sarkozy a bénéficié ce jeudi d'un non-lieu dans l'affaire de la vente de l'hippodrome de Compiègne en 2010. Le député UMP de l'Oise avait été placé sous le statut de témoin assisté dans cette enquête, ouverte pour prise illégale d'intérêts. Il était accusé par certains d'avoir bradé cet hippodrome, au profit de la Société des courses de Compiègne, locataire jusqu'à la vente des terrains et des bâtiments.

"Nous disions depuis quatre ans que cette affaire était sans fondement" 

Le non-lieu, c'est ce qu'avait requis en octobre le ministère public contre l'ex-ministre du Budget. La CJR a donc suivi ces réquisitions presque quatre ans après l'ouverture d'une enquête. Une parcelle de 57 hectares avait été cédée par Eric Woerth à la société des courses hippiques. Sans mise en en concurrence et contre l'avis du ministère de l'Agriculture. Mais, en 2012, une expertise juridique avait conclu à la légalité de la vente. Elle avait au passage estimé que son montant (2,5 millions d'euros) n'avait rien d'anormal. 

L'avocat d'Eric Woerth, Me Jean-Yves Le Borgne s'est évidemment réjoui de cette décision judiciaire. "Nous disions depuis quatre ans que cette affaire était sans fondement. Il y a eu une instruction particulièrement fouillée et il n'y a rien contre le ministre" a-t-il expliqué.