Affaire du Grêlé : la fin d'une traque de 35 ans

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Affaire du Grêlé : la fin d'une traque de 35 ans
Article rédigé par
A.-C.Poignard, E.Pelletier, V.Gaglione, C.Chabaud, N.Robertson, P.Lagaune, L.Lavieille, P.Dordilly - France 2
France Télévisions

Après 35 ans de recherches et un portrait-robot comme seule illustration, le tueur au visage grêlé a été identifié, mettant fin à un des plus grands mystères judiciaires en France.

François Vérove, ancien gendarme de 59 ans, a été identifié comme étant le tueur au visage grêlé. Retrouvé mort dans une résidence située dans le Gard, l'homme a été reconnu grâce à des prélèvements ADN, mettant un terme à une des plus grandes enquêtes criminelles en France. Depuis près de 30 ans, les services de police étaient à la recherche du criminel ayant commis au moins cinq crimes. Un soulagement pour Jean-Louis Huesca, ancien inspecteur à la brigade criminelle. "Tant que cette personne était dans la nature, elle pouvait récidiver. C'est une satisfaction pour mes collègues qui ont suivi l'affaire jusqu'à sa conclusion", explique-t-il.

Des traces ADN déterminantes

Un peu avant son suicide, François Vérove a laissé une lettre à sa femme, dans laquelle il indique être un "horrible criminel", ayant commis "des atrocités". Ses crimes avaient défrayé la chronique en France. Mais depuis quelques mois, l'étau s'était resserré sur l'ancien gendarme. 750 gendarmes devaient être convoqués, mais le suspect s'est volatilisé le 27 septembre dernier. Son ADN, retrouvé sur plusieurs victimes, confirme son identité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.