"Il ne faut pas utiliser les arguments de l'extrême droite" : la majorité va-t-elle se diviser sur l'immigration ?

L'Assemblée nationale organise les 30 septembre et 2 octobre un débat sur l'immigration. Un sujet sur lequel plusieurs députés n'hésitent pas à afficher leurs désaccords avec le président de la République.

L\'Assemblée nationale doit débattre de l\'immigration les 30 et 2 octobre 2019.
L'Assemblée nationale doit débattre de l'immigration les 30 et 2 octobre 2019. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

"Sujet éruptif." A quinze jours d'un débat sur l'immigration au Parlement, la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, sait que le dossier est explosif. Dans une tribune, une quinzaine d'élus de la majorité écrivent d'ailleurs que le débat ne doit "pas servir de marche-pied à ceux qui font leur fonds de commerce d'une irréelle association immigration-islam-délinquance".

Certes, le document avait été rédigé fin août, bien avant les propos d'Emmanuel Macron prononcés lundi soir devant 200 parlementaires – des paroles que certains ont jugé droitiers. Mais ce texte illustre des réserves et des interrogations bien réelles. Un autre, une lettre ouverte au Premier ministre et au ministre de l'Intérieur signée par une quarantaine d'élus selon ses promoteurs, circule aussi actuellement pour défendre l'Aide médicale d'Etat.

"Je fais partie des députés qui ont besoin d'être rassurés sur la façon dont le débat va se tenir, ses intentions", convient auprès de franceinfo Hubert Julien-Laferrière, député du Rhône et signataires des deux textes. Et si l'élu LREM "assume les propos du président de la République sur le droit d'asile, avec des personnes qui demandent trop longtemps", il réclame également des garanties sur le cadre du débat.

Les propos de Macron ? "C'est ce que dit Le Pen"

Joint par franceinfo, un autre cosignataire du texte sur l'AME, Jean-François Mbaye, précise que cette lettre est née après des propos du ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, qu'il accuse d'avoir mélangé le "droit d'asile, le regroupement familial et l'immigration clandestine" lors de propos sur l'immigration. "Je suis beaucoup plus inquiet après les propos du ministre Didier Guillaume, issu de la gauche, quand il fait un lien entre immigration et voitures brûlées sur un plateau télé", pointe encore le député du Val-de-Marne.

Nous disons simplement qu'il ne faut pas utiliser les arguments de la droite et de l'extrême droite pour se faire entendre. Il faut en débattre, mais sans hystérisation ou polémique inutile.Jean-François Mbayeà franceinfo

Sonia Krimi, députée LREM de la Manche, est encore plus directe. Celle qui s'était faite remarquer en interpellant l'ancien ministre de l'Intérieur Gérard Collomb à l'Assemblée en décembre 2017 a eu des mots très durs contre l'exécutif dans les colonnes du HuffPost. Les propos du président de la République ? "Des banalités. C'est ce que dit Marine Le Pen." Emmanuel Macron et Edouard Philippe ? "Deux hommes blancs qui vont nous expliquer la vie", cingle-t-elle, avant de rétropédaler quelques heures plus tard.

Une majorité "capable de débats apaisés"

Contacté par franceinfo, le président du groupe majoritaire, Gilles Le Gendre, n'a pas souhaité réagir à ces premiers remous. Le gouvernement se montre lui optimiste. Interrogée lors de son point-presse hebdomadaire, sa porte-parole Sibeth Ndiaye a souligné que cette majorité avait été, "sur des sujets aussi compliqués que la bioéthique, capable d'avoir des débats apaisés".

Je souhaite évidemment que sur d'autres questions comme les questions migratoires qui appellent tout autant de passions que les questions bioéthiques dans notre société, nous soyons capables d'avoir un débat qui soit serein, éclairé, et qui ne jette pas l'anathème d'un camp contre un autre.Sibeth Ndiayelors de son point-presse

"Et ça nous est évidemment pas possible puisque nous appartenons à la même majorité", a-t-elle conclu. Réponse à partir du 30 septembre.