Paris : le préfet de police annonce saisir l'IGPN après des propos homophobes tenus par un policier

Ces propos ont été prononcés lors du contrôle d'un jeune homme dans le 18e arrondissement de la capitale, lundi soir.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une voiture de police en février 2021. (Photo d'illustration) (MAXPPP)

"Une vidéo a été relayée sur les réseaux sociaux montrant le contrôle d'un individu à Paris 18e. Le préfet de police va saisir l'IGPN suite aux propos homophobes tenus par l'un des policiers intervenant", a annoncé jeudi 25 février au soir la préfecture de police de Paris sur son compte Twitter.

Selon une source policière à franceinfo, la vidéo a été tournée lundi 22 février à 22h10 dans le 18e arrondissement de Paris, dans le secteur de La Chapelle. Sur celle-ci, on voit deux policiers interpeller un homme et le plaquer contre un mur.

Une intervention pour tapage

Selon cette source, les policiers, appelés pour tapage, ont trouvé sur place une quinzaine de personnes, à l’attitude hostile, qui tournaient un clip de rap, malgré le couvre-feu. Les policiers sont alors intervenus pour mettre fin au tournage et l'homme visible sur la vidéo a alors pris la fuite, avant d’être rattrapé et contrôlé par les deux policiers.

Dans cette vidéo, on peut apercevoir deux membres des forces de l'ordre interpeller ce jeune homme noir. On peut y entendre les propos d'un policier : "Ferme ta gueule, je t'encule, t'es pas un homme, t'es un petit pédé !" On entend également l'homme interpellé dire à plusieurs reprises "Arrête de tirer !"

Des associations déposent plainte

Les associations Mousse et Stop Homophobie, qui défendent les droits des personnes LGBT, ont déposé plainte, ce vendredi, selon un document qu’a pu consulter franceinfo. La plainte a été déposée contre X, auprès du procureur de la République. Les associations y dénoncent le comportement des policiers qui ont fait selon elles "un usage abusif de la force sur une personne acculée en adoptant une attitude agressive à son encontre, le frappant à de multiples reprises et en proférant des injures homophobes".

"Ces policiers ont commis un délit de violence homophobe en faisant un usage démesuré de la force tout en tenant des injures homophobes", dénoncent les associations, qui estiment que "le policier encourt une peine de cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende" pour ces violences accompagnées de plusieurs circonstances aggravantes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.