Affaire Mila : la jeune femme dit craindre de "ne pas rester en vie" à cause de ses propos visant l'islam

Agé de 18 ans, Mila est victime de harcèlement en ligne depuis janvier 2020.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Mila se rend à l'audience lors du procès de 13 personnes accusées de l'avoir harcelée, le 3 juin 2021, au tribunal judiciaire de Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

"Je vais forcément ne pas rester en vie." Victime de harcèlement en ligne depuis qu'elle a publié une vidéo critiquant l'islam, Mila a affirmé, sur TF1, dimanche 13 juin, qu'elle se voyait "peut-être morte" dans cinq ans. "Je ne suis pas capable de voir mon avenir comme les autres", a-t-elle déploré, à une semaine de la reprise du procès de 13 personnes soupçonnées de cyberharcèlement à son encontre.

La jeune femme, qui vient de fêter ses 18 ans et défend son droit au blasphème, vit sous protection policière depuis la publication d'une première vidéo en janvier 2020. "Même quand je suis dehors, je suis en prison, dans du maquillage, des couches de vêtements, a-t-elle décrit dans l'émission "Sept à huit". C'est très difficile de sortir camouflée comme ça."

Accusant la France d'être une nation "fragile et lâche", Mila évoque une "majorité silencieuse" qui la "soutient mais ne fera jamais rien". "Personne ne fait rien, parce que les gens ont peur", avance-t-elle. Elle dit ne pas regretter ses paroles, dont elle reconnaît "la vulgarité", et affirme ne pas avoir "insulté les croyants" musulmans qu'elle "apprécie et qui pratiquent leur religion en paix""Je ne m'arrêterai jamais de parler", assure-t-elle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Harcèlement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.