Visé par une plainte pour agression sexuelle, l'animateur Frédéric Haziza a fait son retour à l'antenne sur LCP

Il avait été suspendu en novembre. Lundi, la rédaction de la chaîne avait voté une motion de défiance contre la direction pour protester contre sa réintégration.

L\'animateur Frédéric Haziza sur le plateau de l\'émission \"Questions d\'info\" sur la chaîne LCP, le 11 janvier 2018.
L'animateur Frédéric Haziza sur le plateau de l'émission "Questions d'info" sur la chaîne LCP, le 11 janvier 2018. (LCP / DAILYMOTION)

Les spectateurs de l'émission "Questions d'info" sur la chaîne LCP n'avaient plus vu son visage depuis le 16 novembre dernier. L'animateur politique Frédéric Haziza a fait son retour à l'antenne, jeudi 11 janvier. Il avait été suspendu le 21 novembre après le dépôt d'une plainte pour agression sexuelle par une journaliste de la chaîne, Astrid de Villaines, et l'ouverture d'une enquête judiciaire toujours en cours.

La réintégration de Frédéric Haziza avait été annoncée par la direction de la chaîne le 21 décembre, provoquant la colère de la rédaction. Lundi, celle-ci a voté une motion de défiance à l'encontre des dirigeants Marie-Eve Malouines et Eric Moniot, à l'unanimité moins un vote blanc.

"On piétine la présomption d'innocence", a réagi mardi l'avocate du présentateur, Jacqueline Laffont.

Un rapport d'enquête interne contesté

En parallèle de la suspension de Frédéric Haziza, en novembre, la chaîne avait ouvert une enquête interne, qui a donné lieu à un rapport interne. Selon la président de la chaîne, ce rapport a conclu que "depuis la sanction de 2014", un avertissement consécutif aux faits reprochés par Astrid de Villaines, "il n'y a pas eu de comportements inappropriés".

"En l'absence de faits nouveaux, la direction de LCP ne peut pas empêcher un journaliste de travailler sur la base de rumeurs ou de témoignages anonymes", a poursuivi la présidente.

Mais la Société des journalistes de LCP assure que certains salariés qui "ont expliqué avoir dénoncé d'autres comportements totalement inappropriés de la part de Frédéric Haziza après 2014", et ont constaté que leur témoignage était absent du rapport d'enquête interne.